Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Carburants : face à la grogne, Leclerc et Carrefour vendent à prix coûtant

lundi 5 novembre 2018 à 12:33 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Les chaînes d'hypermarchés Carrefour et Leclerc ont annoncé, ce lundi, qu'elles allaient vendre le carburant à prix coûtant dans leurs stations-services, alors que la fronde s’organise un peu partout en France contre la hausse du prix des carburants.

Lors d'une précédente opération de vente de carburants à prix coûtant, chez Leclerc.
Lors d'une précédente opération de vente de carburants à prix coûtant, chez Leclerc. © Maxppp - PATRICE DESCHAMPS

Les enseignes de la grande distribution Leclerc et Carrefour ont annoncé, ce lundi, qu'elles allaient vendre le carburant à prix coûtant en novembre. Elles entendent ainsi tirer partie de la grogne contre la hausse des taxes décidée par le gouvernement. La fronde contre le prix des carburants s'organise, avec plusieurs centaines de manifestations prévues partout en France le 17 novembre. 

Il faut savoir choisir son camp. Cette grogne est légitime - Michel-Édouard Leclerc

"Dans un contexte d'augmentation drastique des prix des carburants et fidèle à son combat en faveur du pouvoir d'achat des Français, le Mouvement E.Leclerc a pris la décision de prolonger son offre de carburants à prix coûtant, initialement programmée du 2 au 4 novembre, jusqu'au 30 novembre 2018", précise un communiqué du groupe. "Il faut savoir choisir son camp. Celui qui tire la croissance, c'est le consommateur. Aujourd'hui cette grogne est légitime, et il faut y répondre", a déclaré le président Michel-Édouard Leclerc sur franceinfo. "C'est important commercialement de satisfaire nos clients mais c'est important aussi de donner un signal aux pouvoirs publics.", a-t-il précisé. 

L'opération, initialement proposée lors du dernier week-end des vacances de la Toussaint, est prolongée par l'enseigne qui est aussi le 2e opérateur pétrolier en France à tout le mois de novembre dans ses 684 stations-services. Dans le passé, Leclerc a déjà réalisé des opérations similaires.

Chez Carrefour, plus de 200 stations concernées

Son concurrent Carrefour propose également une initiative similaire du 5 au 17 novembre, annoncée aux consommateurs par de la publicité dans les journaux. "Carrefour inaugure les 'Jours carburants', une opération inédite par son dispositif et son ampleur" dans plus de 200 stations-services intégrées aux hypermarchés Carrefour, précise dans un communiqué l'enseigne, qui annonce par ailleurs "une série de mesures pour défendre le porte-monnaie de ses clients jusqu'à la fin de l'année".

Chez Système U, chaque station est libre de prendre des initiatives

Interrogé par l'AFP, Système U a pour sa part fait savoir que chacun de ses exploitants était libre "localement" de vendre leur carburant à prix coûtant ou non, mais qu'il n'existait pas "de mot d'ordre national" sur le sujet. Sachant, a précisé un porte-parole du groupement coopératif à l'AFP, que les marges pratiquées par la grande distribution sur le carburant, considéré comme un "produit d'appel", sont toujours très faibles, "de l'ordre de 1 à 2 centime d'euros par litre".

Pour le gouvernement, pas question de suspendre la hausse prévue au 1er janvier 

Interrogé sur l'augmentation du prix, qui interviendra le 1er janvier prochain, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a insisté lundi sur BFMTV : "Non, elle ne sera pas suspendue. On ne suspend pas la transition écologique, la conversion du parc automobile français, qui est nécessaire". "J'entends parfaitement la grogne, le mécontentement parfois, la colère aussi qui peut s'exprimer, mais je dis aujourd'hui comme je l'ai toujours dit qu'il n'y a pas de solution magique au problème du dérèglement climatique", s'était justifié samedi le Premier ministre Édouard Philippe.