Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Carrousel à l'arrêt, Éléphant stoppé : les attractions nantaises bloquées par un mouvement de grève

jeudi 19 juillet 2018 à 15:58 - Mis à jour le jeudi 19 juillet 2018 à 19:41 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Loire Océan

Plusieurs salariés du Voyage à Nantes se sont mis en grève jeudi 19 juillet, sous l'impulsion des pilotes et techniciens du Grand Éléphant. Ils ont bloqué la machine, et fautes de salariés, le Carrousel a également du être stoppé. Les symboles de Nantes sont à l'arrêt sous les yeux des touristes.

Une quinzaine de salariés ont défilé sur l’esplanade des Machines
Une quinzaine de salariés ont défilé sur l’esplanade des Machines © Radio France - Alexandre Berthaud

Nantes, France

Le Grand Élephant, devenu symbole de Nantes la touristique, s'apprête à sortir de l'entrepôt des Machines de l'Île, ce jeudi après-midi. Il passe sous la Nef, et quelques mètres plus loin les touristes sortent leur appareil photo. L'émerveillement fait place à l'étonnement lorsqu'en bas du cadre de la photo ils aperçoivent quelques hommes et femmes, banderole en main : "salariés en colère".

Les salariés ont fait barrage au Grand Éléphant pour protester contre une direction qui fait la sourde oreille - Radio France
Les salariés ont fait barrage au Grand Éléphant pour protester contre une direction qui fait la sourde oreille © Radio France - Alexandre Berthaud

Un travail plus difficile

Le matin, des pilotes et techniciens du Grand Éléphant ont débuté le mouvement, "à contrecœur", disent-ils. Depuis l'hiver leur travail a changé, en même temps que le moteur de la machine. Il faut plus de compétences, les techniciens ont reçu des formations supplémentaires, piloter demande davantage d'attention. Ils en ont parlé, et pour eux à travail plus difficile salaire plus élevé, synonyme de reconnaissance de leurs efforts.

Deux pilotes ne sont pas en grève, l'Élephant peut continuer de fonctionner, mais il reste à la merci d'une panne : les techniciens sont en grève. - Radio France
Deux pilotes ne sont pas en grève, l'Élephant peut continuer de fonctionner, mais il reste à la merci d'une panne : les techniciens sont en grève. © Radio France - Alexandre Berthaud

"Derrière le rêve il y a autre chose", balance le responsable CGT, Fabien Laidin, à quelques touristes qui applaudissent. C'est pour les mêmes raisons, manque de reconnaissance et salaire trop bas, que d'autres salariés du Voyage à Nantes se sont mobilisés dans l'après-midi (ils étaient 20 grévistes en tout), bloquant l'Éléphant, et obligeant l'entreprise à stopper le Carrousel pour continuer à "faire tourner" les Machines de l'Île.

"La négociation a déjà eu lieu", selon la direction

Le son de cloche est complètement différent du côté de la direction. Pour Morgan Airiau, secrétaire général du Voyage à Nantes, il serait complètement injuste d'augmenter le salaire des pilotes et techniciens et pas des autres salariés du groupe. Pour la direction l'évolution reste le propre tous les métiers, même si dans un communiqué le groupe précise qu'il "comprend qu'une période transitoire soit nécessaire".

Morgan Airiau explique que la comparaison a été faite avec les chauffeurs d'engins lourds et que les pilotes du Grand Éléphant "à expérience égale, gagnent plus". Selon lui le Voyage à Nantes a augmenté davantage sa masse salariale que la fréquentation, et une hausse des salaires serait donc injustifiée, d'autant qu'ils sont renégociés chaque hiver.

La grève se poursuit vendredi

Selon le responsable CGT les salariés laissent à la direction jusqu'à 10 heures vendredi matin pour rouvrir les négociations, sinon la grève se poursuivra. Fabien Laidin dénonce aussi des pressions de la direction : selon lui plusieurs employés auraient reçus des appels intimidants après le début du mouvement de grève. Une version formellement contestée par la direction.