Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Carrefour : 243 ex-magasins Dia vont fermer faute de repreneur

lundi 4 juin 2018 à 8:06 - Mis à jour le lundi 4 juin 2018 à 17:55 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Le plan de restructuration du groupe Carrefour entre dans sa phase finale. Le Comité central d'entreprise de Carrefour a annoncé, ce lundi, la reprise de 29 ex-magasins Dia. Les 243 autres vont fermer. Selon franceinfo, une offre qui proposait de reprendre 152 magasins a été écartée.

Un magasin Carrefour pendant une grève des salariés à Marseille, le 31 mars.
Un magasin Carrefour pendant une grève des salariés à Marseille, le 31 mars. © AFP - BORIS HORVAT

Le rideau va bientôt se fermer définitivement sur 243 ex-magasins Dia rachetés par Carrefour. Annoncé fin janvier, le plan de restructuration de la filiale proximité du géant de la distribution, avec environ 2.100 suppressions de postes à la clé, entre dans sa phase finale. 243 supermarchés de proximité devraient fermer.

Une offre de reprise écartée par la direction ?

Carrefour a annoncé ce lundi aux syndicats la reprise de 29 magasins ex-Dia, la fermeture de 243 autres étant prévue. 195 salariés, sur les 2.100 menacés par la cession ou la fermeture de 273 magasins annoncée en janvier, vont donc garder leur emploi. Plus de 1.900 salariés vont donc devoir travailler ailleurs. 

La CGT, qui a appelé les employés à la grève, parle d'un"jour d'enterrement". L'annonce est d’autant plus difficile à digérer pour les syndicats qu'une offre qui proposait de reprendre 152 magasins a été écartée par la direction du groupe Carrefour selon franceinfo. Cette offre a été formulée par un cadre de Carrefour, épaulé par un groupe d'investisseurs. Elle aurait concerné entre 1.300 et 1.500 salariés.

Les fermetures de magasins par région 

Dans le détail, 56 magasins devraient fermer dans la zone Nord, 38 dans la zone Nord-Ouest, 25 dans le Centre-Ouest, 21 à Paris, 59 dans le Rhin-Rhône et 44 dans le Sud. Parmi les enseignes positionnées sur les 29 magasins en question figure par exemple le discounter néerlandais Action. Dans ce cas, s'agissant d'une activité différente, le transfert des contrats des personnels n'est pas automatique.

Polémique sur le reclassement des salariés 

En présentant son "plan de transformation" le 23 janvier, Alexandre Bompard, PDG du groupe depuis l'été dernier, avait pour objectif de reclasser "au moins" la moitié des 2.100 salariés menacés. Désormais Carrefour "souhaite reclasser l'ensemble" des salariés, "en leur proposant trois offres".  Mais ce sera beaucoup moins. "Sur 316 demandes" de reclassement interne enregistrées pour l'instant, "89" ont été validées, "ce n'est pas suffisant", juge Cyril Boulay (FO). "Le processus est en cours", avec une "forte mobilisation" de la direction, assure Carrefour.

Beaucoup de salariés veulent se reconvertir et quitter Carrefour" - Cyril Boulay, de Force ouvrière 

Les salariés peuvent poser leur candidature jusqu'au 1er septembre mais, pour Cyril Boulay, "on n'atteindra pas" le millier de demandes, alors que "1.500 postes" sont actuellement ouverts dans l'ensemble des entités du groupe (hypermarchés, supermarchés, logistique...). "On constate que beaucoup de salariés souhaitent s'inscrire" dans le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) pour "se reconvertir" et quitter Carrefour, ajoute le représentant syndical. Un mouvement qu'il explique notamment par les restructurations successives qu'ils ont subies au gré des changements d'enseignes (Ed, puis Dia, puis Carrefour) mais aussi par les "mutations" dans la grande distribution, avec la fin du modèle intégré.