Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Carrefour : la direction et les syndicats ont signé deux accords

mercredi 25 avril 2018 à 16:04 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Trois mois après l'annonce de la suppression 2.400 postes, Carrefour annonce ce mercredi que "deux accords" ont été signés avec les syndicats : un sur le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), l'autre sur un plan de départs volontaires (PDV).

Les salariés de Carrefour s'étaient massivement mobilisés le 31 mars 2018.
Les salariés de Carrefour s'étaient massivement mobilisés le 31 mars 2018. © Maxppp - CLEMENT MAHOUDEAU

La direction de Carrefour annonce ce mercredi que "deux accords majoritaires" ont été signés avec les syndicats, l'un relatif à un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), l'autre à un plan de départs volontaires (PDV). 

Le groupe avait annoncé fin janvier la suppression de 2.400 postes dans les sièges, via un plan de départs volontaires, ainsi que la sortie du groupe, par cession ou fermeture, de 273 ex-magasins Dia, avec un plan social affectant 2.100 salariés.

Un bras de fer depuis le début de l'année

Ces deux plans étaient contestés par les syndicats qui avaient notamment appelé les salariés à cesser le travail le 31 mars dernier. Qualifiée "d'exceptionnelle" par les grévistes, le mouvement a touché entre 300 et 450 magasins dans toute la France, une trentaine seulement d'après la direction.

Face à la grogne, la direction avait entamé des négociations avec l'intersyndicale et notamment proposé un bon d'achat maison de 150 euros pour un salarié à temps complet, avec un plancher fixé à 70 euros.