Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

[CARTE] La population du Berry continue à baisser

-
Par , France Bleu Berry

L'Indre et le Cher sont les départements de la région Centre Val de Loire qui perdent le plus d'habitants chaque année, selon les derniers chiffres de l'Insee. A part les communes limitrophes des préfectures, presque toutes les villes et villages se vident de leur population.

Carte de l'évolution démographique en Berry entre 2013 et 2018
Carte de l'évolution démographique en Berry entre 2013 et 2018 © Radio France - Xavier Louvel

Le Berry continue à se dépeupler. Il a perdu 2,9% de sa population entre 2013 et 2018. Le top 3 des villes les plus touchées : Bourges perd 2.500 habitants, Châteauroux en perd 1.800, et pour Vierzon, presque 1.400. 

Une raison revient régulièrement dans la bouche des élus des villes berrichonnes les plus peuplées : l'offre de logement est inadéquate. "Le fait est que les gens ne veulent pas être dans du vieux et du mal entretenu. Il ne veulent plus être dans des immeubles et des appartements, mais dans du pavillonnaire. Soit on répond à la demande et on va gagner des habitants. Soit on ne répond pas la demande, et il ne faudra pas s'étonner de voir les habitants quitter la ville-centre", prévient le directeur de cabinet du maire de Châteauroux Xavier Elbaz. Les maisons individuelles, très prisées, sont peu nombreuses dans les centre de ces villes moyennes. 

Mais les chiffres de l'Insee racontent une véritable saignée dans les bourgs et villages berrichons. Deux exemples dans le sud du Berry : entre 2013 et 2018, Mouhet a perdu un cinquième de de ses habitants, Châteaumeillant près de 12%. Peu d'emplois, peu de services, mais aussi une population vieillissante : pas besoin d'aller chercher bien loin, déplore le maire du Blanc Gilles Lherpinière : "à partir du moment ou vous êtes dans une ville ou il n'y plus de travail, une ville qui n'est plus attractive, une ville ou il n'y a pas de divertissement, je pense que le sgens préfèrent s'en aller ailleurs". Un véritable cercle vicieux, poursuit l'édile : "si vous n'avez plus la possibilité de faire faire des études à vos enfants en restant au pays ,eh bien, je crois que tout le monde s'en va, et les enfants trouvent du travail ailleurs."

Les anciens meurent, les jeunes couples ne privilégient pas ces communes en perte de vitesse. Les communes berrichonnes ont besoin de sang neuf. Le maire-adjoint aux Finances de Bourges Joël Allain compte sur la proximité de sa ville avec l'Île-de-France. Paris a perdu plus de 60.000 habitants en six ans. Les élus berruyers espèrent bien attirer les Franciliens, lassés par un confinement en milieu urbain. "Leur envie de villes moyennes, leur envie de campagne est grande, croit savoir l'édile. Je pense que des villes comme les nôtre, lorsqu'on sera sorti de ce marasme, auront de belles cartes à jouer", conclut-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess