Infos

Caterpillar pourrait transférer une ligne de production à Grenoble après la fermeture d'un site en Belgique

Par Véronique Saviuc, France Bleu Isère vendredi 2 septembre 2016 à 11:45

Le site grenoblois de Caterpillar qui pourrait reprendre des productions abandonnées en Belgique
Le site grenoblois de Caterpillar qui pourrait reprendre des productions abandonnées en Belgique © Maxppp - Maxppp

Caterpillar s'apprête à fermer son site de Gosselies en Belgique, ce qui entraînera la suppression de 2000 emplois. Le constructeur américain d'engins de chantier envisage de transférer les productions sur d'autres sites, notamment à Grenoble où l'on s'inquiète des effets de cette restructuration.

L'annonce a été faite aux syndicats lors d'un "conseil d'entreprise extraordinaire". Caterpillar veut fermer   son unique usine de Belgique située à Gosselies, dans la banlieue de Charleroi. Cette fermeture "totale" entraînerait la suppression de quelque 2.000 emplois.

Caterpillar envisage d'allouer les volumes produits à Gosselies à d'autres sites, parmi lesquels Grenoble 

Le constructeur américain a publié un communiqué dans lequel il dit "envisager d'allouer les volumes produits" à Gosselies à d'autres sites, parmi lesquels Grenoble,  et d''autres usines en dehors de l'Europe.

A Grenoble, la direction de Caterpillar, confirme avoir appris ce matin "l'intention"  du groupe de transférer les produits fabriqués à Gosselies sur d'autres sites du groupe. Si cette "intention se confirmait et allait au bout de la procédure, Grenoble récupérerait la majorité de la production de "chargeurs sur pneus" destinés au marché européen". Il s'agit de machines à gros godets qui permettent de charger et de déplacer de la terre et qui peuvent rouler sur route.

Le site grenoblois produit déjà  des "chargeurs sur chaînes"  qui ne peuvent être utilisés que sur des chantiers, destinés au marché américain et dont la fabrication pourrait être déplacée au Brésil.

La direction a annoncé un plan de départs volontaires pour 100 personnes (Nicolas Benoit, délégué CGT élu au CE)

Les représentants du personnel ont appris vendredi matin au cours d'un Comité d'Entreprise à Grenoble, que la direction voulait lancer un plan de départs volontaires pour 100 salairés des services informatiques et services d'achats, en conséquence de la mutualisation des moyens en Europe.

Nicolas Benoit, délégué CGT élu au CE de Caterpillar France et de Caterpillar Europe s'inquiète de l'avenir des ateliers grenoblois s'ils ne fabirquent plus qu'une seule ligne de produits qui peut souffrir des aléas du marché. Il rappelle qu'on comptait 3000 CDI en 2008 sur le site de Grenoble-Echirolles. Aujourd'hui, l'effectif est de 1350 personnes avant le plan de départs volontaires.

Partager sur :