Économie – Social

Ce n'est pas demain que des trains voyageurs circuleront à nouveau en Ardèche

Par Stéphane Milhomme et Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme-Ardèche jeudi 3 juillet 2014 à 5:25

Un train TER en gare de Valence dans la Drôme, le 11 juin 2014.
Un train TER en gare de Valence dans la Drôme, le 11 juin 2014. © Stéphane Milhomme - Radio France

Trop cher ! Lors d'une réunion au Pouzin mercredi soir, Réseau Ferré de France a douché les espoirs d'une réouverture rapide d'une ligne entre Romans, Nîmes et Avignon via la rive droite du Rhône. Les habitants de ce secteur de l'Ardèche n'ont droit, ces derniers années, qu'au passage de trains de marchandises.

Les espoirs des voyageurs de la rive droite du Rhône restent à quai. Une fois de plus. Comme d'habitude, le nerf de la guerre, c'est l'argent. Le retour des trains voyageurs côté ardéchois du Rhône coûterait 107 millions d'euros : il faut remettre aux normes les gares du Pouzin, Cruas, Le Teil, Viviers Bourg-Saint-Andéol, réaménager leurs abords. Il faut acheter du matériel, des rames TER. Le coût total est donc de 107 millions d'euros.

Les recettes, elles, seraient de 1,8 millions d'euros par an. Le projet n'est pas rentable. RFF a arrêté là ses études, en attendant que les financeurs se prononcent. Pour la Région, le projet est important certes, mais elle a d'autre priorité. C'est ce qu'a expliqué mercredi soir la vice-présidente du Conseil régional en charge des transports. Éliane Giraud doit investir sur le nœud ferroviaire de Lyon, sur les petites lignes comme Valence, Die, Gap qui se dégradent.

Bref, la réouverture de la rive droite du Rhône n'est pas en haut de la liste. Alors la Région ne ferme pas totalement la porte pour autant. Une réunion est prévu en septembre avec le collectif ardéchois qui milite pour la réouverture. Ils vont retravailler sur le projet, mais plus aucun calendrier n'est désormais avancé.