Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Cédric Herrou crée la première communauté agricole Emmaüs dans la Roya

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

L'agriculteur et militant de la vallée de la Roya, entre les Alpes-Maritimes et l'Italie, accueille des demandeurs d'asile depuis 2016 dans sa ferme. Il vient de créer, en juillet, la première communauté 100 % agricole et paysanne soutenue par Emmaüs.

Les nouveaux compagnons Emmaüs de la vallée de la Roya cultivent les légumes dans la ferme de Cédric Herrou
Les nouveaux compagnons Emmaüs de la vallée de la Roya cultivent les légumes dans la ferme de Cédric Herrou © Radio France - Marion Chantreau

Breil-sur-Roya, France

Les compagnons sont ici des réfugiés, des étrangers qui demandent l'asile, des sans-domiciles fixes, des personnes intéressées par l'agriculture bio et paysanne. Ils sont cinq en ce moment à travailler la terre à Breil-sur-Roya, dans l'exploitation de Cédric Herrou, à la frontière avec l'Italie. Une production à la fois vivrière et à destination commerciale. Une activité qui les aide à se reconstruire, à reprendre confiance en eux. 

Reportage

La première communauté Emmaüs 100% agricole

La communauté est installée à flanc de colline, quelques cabanes en bois et caravanes disposées au milieu des oliviers. Cédric Herrou possède un demi-hectare de maraîchage - des piments, des aubergines, des tomates, des courges, du basilic, des fraises - un poulailler de 500 poules pondeuses en cours d'agrandissement. Depuis cet été, c'est officiellement une communauté Emmaüs qui s'active ici. Une communauté agricole fondée cet été, la première parmi les 119 communautés que compte le mouvement.  "On est allés démarcher Emmaüs car ils sont en adéquation avec nos valeurs, engagés pour aider les plus précaires, ils ont un côté punk qui nous plait et ont accepté notre proposition", explique Cédric Herrou.

La vallée de la Roya n'a pas toujours vécu paisiblement, et les tensions sont encore vives autour de l'arrivée massive de migrants, mal vécue ces dernières années par une partie des habitants. Il y a beaucoup moins de passage aujourd'hui, les forces de l'ordre ont assoupli les contrôles. Dans sa ferme, l'agriculteur est entouré de Jaff qui vient du Niger, après avoir passé deux ans en Italie, Jason est lui sénégalais, et Yohanès vient d’Érythrée. Il est passé par l'Italie, l'Allemagne, l'Autriche, la Suisse, avant de revenir à Breil-sur-Roya, "fatigué, il a vécu des moments difficiles. Les demandeurs d'asile sont ballottés de pays en pays, souvent maltraités ou inconsidérés. En Italie depuis l'arrivée au pouvoir de Salvini, beaucoup quittent le pays. On lui a dit si tu veux reste, on l'a aidé pour ses papiers, il a désormais le statut de réfugié" raconte l'agriculteur. 

Jaff, 37 ans, arrivé fin avril à Breil-sur-Roya a déjà pratiqué l'agriculture, ses parents avaient des terres, mais il apprend beaucoup ici. Il explique en anglais son activité : "Je m’occupe d'entretenir et de récolter des tomates, des piments, c’est très intéressant, j’ai envie d’apprendre et d’aller de l’avant. Les aubergines je les cuisine en ratatouille ou en sauce. Il faut les cueillir une fois qu'elles sont bien foncées." Il se dit reconnaissant envers Cédric Herrou pour son accueil et sa bienveillance. 

Patrick vient lui de Nîmes, il a fait des études en horticulture et cette vie en communauté lui plait particulièrement, il est donc devenu compagnon à Breil-sur-Roya  : "Je suis arrivé fin février ici. On est confrontés ici à des difficultés sociales, économiques, des passés compliqués mais ce qui nous permet de vivre ensemble, de se rapprocher encore plus, c'est cette production, cette activité maraîchère". 

"Devenir acteur de son redressement"

Avec le modèle de la communauté Emmaüs, les compagnons "touchent une allocation de 350 euros par mois et cotisent à l'Urssaf 150 euros par mois" explique Cédric Herrou, "ce qui coûte donc 500 euros par mois, on leur offre ici l'hébergement, la nourriture. Le défi c'est qu'on réussisse à vivre de notre production et l'idée c'est de leur proposer un tremplin vers plus d'autonomie, arrêter d'être dans l'attente du soutien, et devenir acteur de son redressement."

Grâce aux récoltes, Cédric Herrou effectue trois livraisons par semaines à Nice ou dans la vallée : "on a des petits magasins qui achètent nos productions, des épiceries, une maison de pays, des biocoops, des Amaps". La communauté aimerait pouvoir prochainement faire de la vente direct et de la transformation de produits, et disposer d'un lieu pour entrer en contact direct avec les habitants. 

Le maire de Breil-sur-Roya salue cette initiative "qui ne  peut être qu'encouragée" mais demande à Cédric Herrou de déclarer les constructions qu'il a faites sur son terrain, là où il loge les compagnons, "comme tous citoyens, il doit se mettre en conformité avec le droit, ce qui n'est pas le cas pour le moment." Le maire entend saisir le préfet. 

Si vous voulez faire un don pour aider Emmaüs Roya ou en savoir plus sur la communauté, rendez-vous sur leur site Internet. 

Cédric Herrou lance la première communauté Emmaüs 100 % agricole avec des réfugiés dans la vallée de la Roya  - Aucun(e)
Cédric Herrou lance la première communauté Emmaüs 100 % agricole avec des réfugiés dans la vallée de la Roya - Marion Gachet (Défends ta citoyenneté Emmaüs Roya)