Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il n'est pas question d'abandonner la réforme des retraites" pour la députée iséroise Cendra Motin

-
Par , , France Bleu Isère

Ce jeudi marque le retour de la gronde sociale dans la rue. Plusieurs manifestations sont prévues en Isère, à Grenoble, Roussillon ou encore à la Tour-du-Pin. Cendra Motin, députée LREM de l'Isère, était notre invitée ce jeudi matin pour évoquer ces dossiers sociaux mais aussi l'actualité sanitaire.

Cendra Motin, député LREM de la 6e circonscription de l'Isère, à l'Assemblée nationale avec Stanislas Guérini, chef de file du parti présidentiel.
Cendra Motin, député LREM de la 6e circonscription de l'Isère, à l'Assemblée nationale avec Stanislas Guérini, chef de file du parti présidentiel. © Maxppp - Vincent Isore

Défense du service public, de l'emploi et arrêt pur et simple de la réforme des retraites. Ce sont quelques-unes des revendications des manifestants annoncés dans la rue ce jeudi un peu partout en France et en Isère. La crise sanitaire a eu pour conséquence une crise économique forte et nous en avons parlé (aussi vaccins et situation sanitaire) avec Cendra Motin, députée de la majorité dans la 6e circonscription iséroise. Elle était notre invitée dans France Bleu Isère Matin ce jeudi à 7h45

France Bleu Isère : Nouvelle journée de manifestations interprofessionnelles pour défendre l'emploi, le service public. Il y a aussi la réforme des retraites. Est-ce que le gouvernement est prêt à lâcher sur cette question ?

Cendra Motin : Il n'est pas question d'abandonner pleinement une réforme qui nous semble importante pour mieux protéger les Français. Mais il est inenvisageable de remettre sur le devant de la scène ce que nous avions laissé en mars. Le gouvernement se donne le temps de pouvoir évaluer cette crise sanitaire qui sera aussi de nature économique et sociale avant de reprendre les discussions avec les partenaires sociaux qui sont essentiels dans ces négociations.

Le Premier ministre Jean Castex tient une conférence de presse ce jeudi soir. 26 000 nouveaux cas encore détectés ce mercredi. Est-ce que les mesures prises sont suffisantes et n'aurait-il pas fallu reconfiner ?

Il est encore beaucoup trop tôt pour le dire et évaluer les mesures qui viennent d'être mises en place. La simple fermeture des centres commerciaux vient juste d'arriver ce week-end, après leur plus grand jour d'affluence. Par contre, nous pourrons faire le bilan des mesures prises plus tôt et qui ont permis de contenir l'épidémie. Ce que je pense important, pour toute la population et l'économie, c'est de proportionner les mesures gouvernementales. Un reconfinement total serait d'ordre préventif. C'est ce que nous avons fait en novembre pour permettre aux Français de passer Noël en famille. La question n'est plus la même maintenant et il faut contenir l'épidémie pour ne pas peser sur le moral des Français.

Emmanuel Macron a promis que tous les Français adultes et volontaires pourront se faire vacciner d'ici la fin de l'été. Ce délai semble jouable en Isère ?

On a déjà vacciné presque 22 000 personnes en Isère et la plupart des résidents en EHPAD ont déjà reçu une première injection. La campagne se passe bien et est parfaitement menée. Tout ça se passe avec l'ARS et avec l'aide du département et des communes qui ont proposé leurs services pour ouvrir des centres de vaccination.

On a encore de nombreux messages d'auditeurs qui ont du mal à avoir des rendez-vous pour se faire vacciner en Isère. Tout cela va monter en puissance prochainement ?

Bien sûr ! Dès que les capacités de production des vaccins augmenteront, il y aura plus de vaccinations. Il n'y a aucune mauvaise volonté des autorités pour pouvoir vacciner les gens. Le problème c'est la production du vaccin qui est mondiale. Les doses que nous avons sont suffisantes pour tenir l'objectif annoncé par le président de la République. L'ensemble des industries pharmaceutiques sont mobilisées. Il y aura quatre sites de production et de conditionnement en France ce qui ne pourra qu'aider. Encore une fois, nous ne sommes pas seul. Cette campagne de vaccination est mondiale, européenne pour nous et ce n'est qu'ensemble que nous pourrons vaincre le virus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess