Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'ancien projet Center Parcs à Roybon

Center Parcs de Roybon abandonné : les réactions sur France Bleu

"Grande déception" ou "grand soulagement", les avis sont évidemment très partagés au lendemain de l'abandon du projet de Center Parcs de Roybon (Isère) par le groupe Pierre et Vacances hier soir. Élus et associations sont au micro de France Bleu Isère.

L'entrée de la ZAD de Roybon.
L'entrée de la ZAD de Roybon. © Radio France - Maxime Bacquié

Yannick Neuder, vice-président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, maire de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs et président de Bièvre Isère Communauté

Yannick Neuder, vice-président de la région Auvergne Rhone Alpes

"J'ai d'abord une pensée pour les 600 personnes qui auraient pu trouver un travail sur notre territoire, un emploi de proximité et délocalisable. C'est quand même une perte au moment où notre pays connait une crise économique sans précédent. Le deuxième axe, c'est qu'effectivement, ce dossier a plus de 10 ans d'antériorité. S'il n'avait pas eu les différents recours, le Center Parcs serait déjà ouvert. Mais la région, la communauté de communes souhaitent naturellement poursuivre la voie du tourisme, comme celle d'une voie économique importante. Nous avons la chance d'avoir de fabuleux territoires, comme la forêt de Chambaran. Et nous allons pouvoir dès à présent travailler sur des projets nouveaux de tourisme vert, avec nos produits locaux et les circuits-courts. Enfin, j'en appelle à l'État, pour que la ZAD, que cette zone soit libérée dans les meilleurs délais. Cette zone est désormais un repoussoir, et on aura beaucoup de travail pour la remettre en état".

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, sur France Info

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique

"J'étais de longue date opposante à ce projet. C'est un projet de l'ancienne période, on ne s'occupait pas de ce qu'on faisait à la Nature. Ce qui se passe là prouve qu'on est passé à autre chose. Ce projet avait été pensé avec du déboisement, on était sur une zone humide. Les zones humides se réduisent énormément alors qu'elles rendent beaucoup de services. C'est supposé être des vacances près de la Nature, et ça n'avait pas du tout été pensé pour protéger la nature. On a une absurdité et un clair manque de concertation".

Emmanuel Wormser, avocat et juriste pour France Nature Environnement

Emmanuel Wormser, juriste de FNE

"C'est un grand soulagement, mais il faut bien l'avouer, on n'est pas très surpris. C'est 11 ans de combat. Les zones humides ont posé problème, et ça c'est bien le choix de la zone d'implantation du projet. Il ne fallait pas envisager de l'implanter là où on a une zone humide remarquable, pour le bassin de Romans-sur-Isère".

Serge Perraud, le maire tout juste réélu de Roybon

Serge Perraud, maire de Roybon

"Une grande déception pour une grande majorité des Roybonnais qui attendaient ça avec beaucoup d'enthousiasme. A savoir que notre village périclite. Un projet comme ça, c'était le redynamiser, de l'économie, redonner du travail à beaucoup de personnes, dans tout le secteur de Chambaran. Pour le moment, le terrain appartient à Pierre et Vacances. C'est prématuré pour savoir aujourd'hui ce qu'il va être possible de faire. Déjà, dans l'urgence, j'espère que l'État va prendre les mesures utiles et nécessaires pour faire évacuer la ZAD et les zadistes sur place. Ce dossier était bien malade, maintenant à nous de reconstruire, de repartir sur d'autres bases".

Jean-Pierre Barbier, président du Conseil Départemental de l'Isère

Jean-Pierre Barbier, président du conseil départemental de l'Isère

"Je suis déçu sur le fond et la forme. Sur la forme, on l'a appris par un communiqué hier soir. La méthode est un peu raide de la part de Pierre et vacances, nous avons été partenaires sur ce projet pendant des années, ne pas nous prévenir en amont, c'est dur à avaler. Cela étant, sur le fond, ce projet qui alliait à mon sens le développement économique et touristique et la protection de l’environnement, car il ne touchait que 0,5% de la forêt des Chambaran, c'est dramatique qu'il soit abandonné, car ce secteur en avait bien besoin !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess