Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Centrale Emile Huchet de Saint-Avold : une secrétaire d'Etat face à des salariés inquiets

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

La secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, était ce jeudi en Moselle pour signer un Pacte de territoire censé donner de nouvelles perspectives industrielles au pays de Saint-Avold après la fermeture de la tranche à charbon de la centrale thermique.

La tranche à charbon de la centrale thermique Emile Huchet s'arrêtera en 2022
La tranche à charbon de la centrale thermique Emile Huchet s'arrêtera en 2022 © Radio France - Clément Lhuillier

Saint-Avold, France

Un peu plus d'un an après sa première visite, Emmanuelle Wargon était de retour en Moselle ce jeudi 16 janvier, pour évoquer le dossier épineux de l'avenir de la Centrale thermique Emile Huchet de Saint-Avold et de ses salariés. 

La secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition énergétique et solidaire est venue signer à Carling ce qui doit être le point de départ de la reconversion industrielle du site après l'arrêt définitif de la tranche à charbon de la centrale à la fin de l'hiver 2022. 

Un document préparé avec les élus des communautés de communes concernées, du Département et de la Région Grand Est qui pose les bases des futurs projets que pourrait accueillir le site, mais qui précise aussi les mesures d'accompagnement social des salariés (90 sur 135) et des sous-traitants concernés. 

Je comprends les inquiétudes - Emmanuelle Wargon

"Toute la question est de créer suffisamment d'activité économique et industrielle pour donner un nouvel élan à ce territoire après cette fermeture" indique Emmanuelle Wargon qui a, tour à tour, rencontré les représentants syndicaux (sauf la CGT qui a boycotté le rendez-vous) et une soixantaine de salariés qui lui ont exprimé leurs inquiétudes au cours d'un échange direct et franc d'environ une heure. 

La secrétaire d'Etat Emmanuel Wargon face à une soixantaine de salariés de la centrale Emile Huchet - Radio France
La secrétaire d'Etat Emmanuel Wargon face à une soixantaine de salariés de la centrale Emile Huchet © Radio France - Clément Lhuillier

Déjà des pistes de reconversion

Si la secrétaire d'Etat n'a pas fait d'annonce ferme, elle a pu donner l'esquisse des premiers projets actuellement dans les cartons : une chaufferie à partir de CSR, des combustibles solides de récupération (un dossier porté par Gazel, le propriétaire de la centrale), des projets de  développement de l'hydrogène, une centrale biomasse à partir de pellets ou encore des projets agro-alimentaires. "Il faudra répondre plus précisément aux modalités de tuilage et à quels moments les investissements seront la" précise-t-elle. Autre piste, celle de solliciter les entreprises régionale du secteur de l’énergie qui pourrait proposer des emplois. Engagement a également été pris d'accorder des conditions d'accompagnement et de formation à des conditions plus favorables qui ce qui habituellement proposé. "La fermeture doit être une opportunité pour le territoire" martèle Emmanuelle Wargon qui a voulu aussi montrer que l'Etat assumait sa responsabilité dans ce dossier aux côtés de Gazel et des acteurs politiques et économiques de Moselle. 

La signature du projet de territoire du Warndt Naborien  avec Emmanuel Wargon, le Préfet de la Moselle, les élus locaux et parlementaires mosellans - Radio France
La signature du projet de territoire du Warndt Naborien avec Emmanuel Wargon, le Préfet de la Moselle, les élus locaux et parlementaires mosellans © Radio France - Clément Lhuillier

Scepticisme des salariés

"On voudrait y croire" commentait à la sortie de la rencontre Thomas, salarié depuis 12 ans à la centrale Emile Huchet, "mais on a des doutes sur la faisabilité des projets qui n'en sont encore qu'à leur début." Pour beaucoup, il est difficile pour le moment d'envisager un poste dans un autre secteur que celui de l’énergie. La question de leur statut du régime gazier se pose également. Même optimisme largement modéré pour le délégué Force Ouvrière Jean-Pierre Damm qui se satisfait de voir le projet de pôle hydrogène être retenu mais qui prévient contre toute tentative de mettre en place en plan de sauvegarde de l'emploi, et donc de licenciements. "Ce qui est signé aujourd'hui doit se traduire par des faits" ajoute-t-il. La CGT confirme qu'elle n'acceptera pas de rupture des contrats de travail. 

Les promesses des politiques, en Moselle, nous avons appris à nous en méfier - un salarié de la centrale Emile Huchet

Emmanuelle Wargon a demandé au Préfet de la Moselle de mettre en place des rendez-vous réguliers pour faire le point sur l'avancée des différents projets industriels. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu