Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ces commerçants anti-soldes en Normandie

mercredi 9 janvier 2019 à 20:40 Par Marie-Jeanne Delepaul, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Proposer des prix justes toute l'année plutôt que brader les collections deux fois par an : c'est le choix d'une poignée de boutiques en France et dans la région. Des commerçants à contre-courant qui ont décidé de boycotter les soldes.

La marque normande Paul Marius refuse de pratiquer les soldes depuis huit ans.
La marque normande Paul Marius refuse de pratiquer les soldes depuis huit ans. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Caen, France

Ce mercredi 9 janvier débutent les soldes d'hiver en France. Ils vont durer six semaines, jusqu'au 19 février. Un rendez-vous immanquable pour beaucoup de clients et de commerçants, mais certains contestent la tradition.

En Normandie, plusieurs marquent ont décidé de prendre le contre-pied des soldes. Depuis plusieurs années, Marius maroquinerie, une marque rouennaise qui possède vingt-cinq boutiques en France, dont une à Caen, et revendique haut et fort son esprit anti-promos. Le but ? "Proposer un prix juste toute l'année plutôt que faire des rabais" explique Stéphanie Beuve, la responsable.

"On ne veut pas berner le client"

"On ne veut pas berner le client, on a une marge raisonnée et raisonnable pour permettre au client d'avoir des sacs en cuir  à partir de 50 euros", poursuit-elle. La marque peut se le permettre car elle ne fonctionne pas par collection et fabrique tout elle-même en Inde : pas de stock à écouler donc.

Eviter la surconsommation

Michel, propriétaire de Mr Chapeau, atteint presque le "zéro promo". - Radio France
Michel, propriétaire de Mr Chapeau, atteint presque le "zéro promo". © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Chez Mr Chapeau, un peu plus loin, Michel non plus ne solde pas, à part une quinzaine de casquettes qu'il doit écouler : "Je ne pourrais pas casser les prix, sinon je devrais vendre toute l'année mes produits beaucoup plus cher que ce que je ne les vends aujourd'hui afin de faire des remises à - 70 %. Ne serait-ce que par respect pour mes clients je ne peux pas me le permettre."

"Faire les soldes signifie nécessairement gonfler artificiellement les prix le reste de l'année"

Il faut quand même rappeler que pendant les soldes, les commerçants ont le droit de vendre à perte. Mais revendiquer des marges raisonnables toute l'année, c'est aussi le pari d'Olly, une marque de sous-vêtements en coton bio fabriqués en Europe, qui refuse d'"encourager la surconsommation" engendrée par les soldes. Les créatrices, qui revendiquent une mode "éthique", écrivent sur leur site que "faire les soldes signifie nécessairement gonfler artificiellement les prix le reste de l'année".

L'anti-soldes, un atout marketing

Leur lingerie est vendue notamment dans le magasin Entre cigale et fourmi de Pascale Doinel. Celle-ci vend également d'autres marques, et propose donc aussi des soldes, mais seulement dans un petit coin, sur les grosses pièces d'hiver.

Pascal Doinel vend notamment les sous-vêtements Olly, une marque dont les créatrices revendiquent leur opposition aux soldes. - Radio France
Pascal Doinel vend notamment les sous-vêtements Olly, une marque dont les créatrices revendiquent leur opposition aux soldes. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Pascale Doinel espère passer au zéro promo l'an prochain : "On est tous perdus dans cette avalanche de promos, on doit revenir à un système plus clair pour les clients." Elle hésite tout de même, par peur de faire fuir les clients : "Je pense que certains ne viendraient pas, parce que les soldes sont une habitude de consommation."

Paul Marius assure au contraire que boycotter les soldes ne fait pas fuir les clients. La stratégie est risquée, mais elle est devenue, pour certaines marques, un atout marketing.

Le + de l'info France Bleu Normandie