Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ces villes du Roussillon qui refusent les food-trucks

-
Par , France Bleu Roussillon

Les Pyrénées-Orientales n’échappent pas au phénomène du food-truck, ces "restaurants ambulants" installés dans des camionnettes. Mais la plupart des communes refusent de les accueillir sur l’espace public.

Les acteurs américains LL Cool J et Chris O'Donnell dans un food-truck pour un épisode de la série "Black Wind"
Les acteurs américains LL Cool J et Chris O'Donnell dans un food-truck pour un épisode de la série "Black Wind" © Maxppp

« Je ne pensais pas que l’on me mettrait autant de bâtons dans les roues  ». Thomas Artigues est l’un des pionniers du food-truck dans les Pyrénées-Orientales. Le jeune restaurateur s’est lancé en 2013 sur les routes du département au volant de son petit camion-restaurant rouge spécialisé dans les bagels (Tom and the bagel).

« Quand j’ai monté mon projet, je pensai être accueilli à bras ouvert. En fait, j’ai été totalement rejeté , que ce soit à Perpignan ou sur le littoral  » explique Thomas Artiques. « Les restaurateurs nous voient comme des concurrents et font pression sur les élus pour nous faire partir. »

food truck -Internet 1 (artigues)

Résultat : la mairie de Perpignan a décidé pour l’instant de refuser toute installation de food-trucks sur la voie publique en centre-ville. Plusieurs communes du littoral ont fait le même choix et n’hésitent pas à envoyer les forces de l’ordre dés qu’un food-truck pointe le bout de son capot. Seule solution : trouver des emplacements privés.

Ces deux dernières années, six entreprises de food-trucks ont vu le jour dans l’agglomération de Perpignan. Et tous sont logés à la même enseigne : ils doivent trouver des terrains privés.

C’est le cas de Fanny Dubus et Jonathan Pares, deux jeunes entrepreneurs de 18 et 19 ans qui viennent de créer leur food-truck spécialisé dans les burgers haut-de-gamme (Le Big Bang). Toutes leurs demandes d’installation ont été refusées à Perpignan . Ils ont trouvé refuge sur le parking de la boucherie bio qui les approvisionne, au mas Guerido. Mais même là, ils ont reçu plusieurs fois la visite des gendarmes

food-truck Internet jeune

Le maire de Perpignan promet d’étudier la question

Pour justifier son refus des food-trucks, la mairie de évoque une concurrence déloyale envers les restaurateurs classiques, qui payent des impots locaux et doivent respecter des normes rigoureuses.

foodtruck - pujol

Mais le maire Jean-Marc Pujol ne ferme pas la porte. « Je suis en train de faire travailler mes services pour délimiter des emplacements  », explique-t-il. « Ensuite nous lancerons des appels d’offres. » Mais le maire précise : « Je veillerai à ce que les food-trucks respectent leurs obligations fiscales et sociales  ». 

Les food-trucks cherchent leur rentabilité ailleurs

Obligés de s’excentrer, les food-trucks ont du mal à rentabiliser leur activité. « Pour l’instant, nous ne nous versons pas de salaire », reconnaissent les jeunes gérants du Big Bang. Thomas Artigues confirme : « Pour vivre, on est obligés de développer des activités annexes : les festivals, les mariages, les salons… »

food truck - Internet 2 (artigues)

 

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess