Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chambéry : le bailleur social Cristal Habitat annule les loyers des commerçants fermés pendant le confinement

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Les petites entreprises locataires de Cristal Habitat qui ont dû baisser le rideau pendant le confinement ont vu leur loyer annulé pour un voire deux mois. Un effort de 150 000 euros pour le bailleur social chambérien qui veut éviter le fermeture de commerces de proximité.

Le Brock Art Café comme tous ceux du quartier Curial de Chambéry est fermé depuis le samedi 14 mars au soir.
Le Brock Art Café comme tous ceux du quartier Curial de Chambéry est fermé depuis le samedi 14 mars au soir. © Radio France - B. Dupin

Ils sont gérants de bar, de salon de coiffure, de toilettage pour chien à Chambéry et n'ont pas payé leur loyer depuis deux mois. Leur propriétaire, Cristal Habitat a annulé les deux dernières mensualités. Un geste du bailleur social de l'agglomération chambérienne envers les entreprises les plus fragiles.

En tout 120 locataires professionnels ont bénéficié d’une annulation d’un mois de loyer, 100 de deux mois d’annulation. Un mois pour ceux qui n’accueillent pas de public, deux mois pour ceux qui accueillent du public et ont été contraints par des fermetures administratives pendant la durée du confinement. Cela représente 150 000 euros de loyers non versés pour le bailleur.

« Le but c’est d’aider les petites entreprises qui font moins d’un million d’euros de chiffre d’affaires, explique le directeur des locaux d’activité chez Cristal Habitat Jean-Marc Oswald. On ne voyait pas comment demander un loyer à des professionnels qui faisaient zéro chiffre d'affaires. Nous n’avons pas annulé pour les commerces qui ont pu rester ouverts, les pharmacies, les supérettes, les tabacs».

Ceux qui ne pourront pas rouvrir le 11 mai verront la mesure reconduite pour le troisième mois

Jean-Marc Oswald souligne qu’un bailleur social est une entreprise publique locale, dont le rôle est aussi de soutenir les entreprises. Le premier bailleur social de l’agglomération chambérienne (8700 locataires particuliers et 200 professionnels) ne veut pas non plus voir les commerces de proximité baisser le rideau dans les semaines et les mois qui viennent. Les annulations de loyer n’ont pas concerné les grandes entreprises et les services publics.

Le gérant du Brock Art café dans le Carré Curial en centre-ville souligne que ces deux loyers en moins, c'est l'équivalent d'un demi salaire pour un de ses quatre employés, ça n'est pas négligeable. Il devrait voire la mesure reconduite pour le troisième mois, comme tous les bars, cafés, restaurants, qui n'ont pas de date de réouverture pour l'instant.

Les commerces fragiles auront plus de difficulté à repartir

Pour les autres commerces, ce sera l'heure de vérité à partir du 11 mai. Léa tient le salon de toilettage "Chien chic" près du Stade municipal. Elle s'apprête à recevoir ses clients de nouveau lundi prochain. En temps normal, la saison débute pour elle en mars. 

L'annulation de son loyer de 354 euros, pour deux mois, s'ajoute au fonds de solidarité de 1 500 euros de l'Etat, au report de cotisations de l'Urssaf. Et tout cela ne sera pas de trop. Elle a aussi demandé un prêt à taux zéro garanti par l'Etat pour ne pas être trop juste pour la reprise. " Il faut acheter du matériel de sécurité pour moi et mes clients face au virus, mais aussi des produits, du shampoing ", explique la jeune femme.

Autre bénéficiaire de l'annulation de loyers, Stéphanie, qui tient le salon de coiffure "Mèche et tendance" dans le quartier du Biollay depuis dix ans. Elle estime qu'elle ne s'en sort pas trop mal après huit semaines de fermeture.  " Je suis un petit salon, je suis toute seule, je n'ai pas de salaire à sortir pour mes employés, je ne serai pas sur la paille quand je vais reprendre", dit-elle.  

Elle souligne que ce sera sans doute très différent pour des salons plus importants, ou des professionnels qui avaient des difficultés avant le confinement. En tout cas toutes les aides ont été bienvenues pour elle. Les 1 500 euros du fonds de solidarité de l'Etat sont partis dans les achats de gel hydroalcoolique, serviettes, peignoirs, gants et masques jetables qu'elle a achetés pour équiper ses clients.

Le bailleur chambérien Cristal Habitat a renoncé à percevoir les loyers des commerçants et TPE qui ont dû fermer pendant le confinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess