Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chambéry : les commerçants préparent leur réouverture samedi

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Les commerçants chambériens, comme partout en France, réorganisent vitrines et rayons afin d'être prêts pour leur réouverture samedi, après être restés rideaux baissés un mois. Le protocole sanitaire est plus stricte, avec un client autorisé pour 8 m².

Les commerçants chambériens s'affairent derrière les vitrines, pour la réouverture samedi
Les commerçants chambériens s'affairent derrière les vitrines, pour la réouverture samedi © Radio France - Damien Triomphe

Les commerçants sont contents, il n'y a pas d'autres mots. Emmanuel Macron dans sa déclaration mardi soir à autoriser la réouverture de leur magasin dès samedi 28 novembre. "Il faut que ce soit le plus agréable possible pour les clients" s'impose Martine, propriétaire d'un magasin de prêt-à-porter rue Croix-d'Or, en centre-ville de Chambéry. Elle réinstalle de nouveaux vêtements dans sa vitrine._"On se prépare à fond ! Voyez, je refais ma vitrine_, pour que les gens, quand ils arrivent, voient un peu de gaieté, quand même !" s'enthousiasme Marie-Grâce, qui tient un salon de coiffure près de l'hôtel de ville. Des rendez-vous sont déjà pris pour samedi.

J'ai déjà des rendez-vous, ça commence à se remplir un petit peu. C'est du positif - Marie-Grâce, coiffeuse à Chambéry

Tous les commerçants rencontrés sont confiants pour la réouverture ; la clientèle sera au rendez-vous. "Les gens ont beaucoup moins peur, on a moins envie de rester chez nous, confinés" estime Morgane, qui ouvre une friperie Faubourg-Montmélian. "En plus on attaque la période de Noël, ça va être costaud !" lance Marlène, dont le commerce de cosmétiques bio a pu quand même continuer ces dernières semaines, sur les réseaux sociaux.

Rouvrir sa boutique, c'est aussi reprendre son métier, et retrouver le contact avec sa clientèle. Parce que le click and collect, ça a ses limites. Laurence est libraire, rue Croix-d'Or : "les clients s'y sont mis, mais ça ne génère pas le même chiffre. Quand on sait ce qu'on veut c'est facile. Mais quand ils ont besoin du conseil, c'est plus compliqué. Je dirais qu'on a dû faire 40, 50% maximum du chiffre qu'on fait habituellement."

Réorganiser les vitrines, les stocks... et mettre en place le protocole sanitaire

Au-delà de la réorganisation des vitrines, il y a aussi tout le travail en arrière-boutique. "J'ai dû faire des stocks a l'aveugle" explique Marlène, dans son magasin de cosmétique bio, "je ne pouvais pas non plus balancer toute ma trésorerie si on n'ouvrait pas ! C'est très compliqué de rouvrir à trois jours de l'annonce." 

Et viennent s'ajouter le protocole sanitaire, renforcé d'ores et déjà, qui sera peut-être complété par le Premier ministre Jean Castex ce jeudi. On sait déjà que les commerces ne pourront accueillir qu'un seul client pour 8 m². "Va falloir calculer ça !" sourit Morgane dans sa friperie. Le gel hydroalcoolique est déjà prévu à l'entrée, ses masques aussi. Mais elle va plus loin en s'instaurant ses propres contraintes : "je pense mettre une quarantaine pour les vêtements qui seront essayés." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess