Économie – Social

Chambéry : vingt minutes pour convaincre les étrangers de venir skier en France

Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie mardi 17 janvier 2017 à 18:53

Plus de 10 000 rendez-vous de 20 minutes sont programmés sur ces deux jours entre voyagistes étrangers et prestataires des stations françaises.
Plus de 10 000 rendez-vous de 20 minutes sont programmés sur ces deux jours entre voyagistes étrangers et prestataires des stations françaises. © Radio France - B.Dupin

Plus de 450 représentants de tour-opérateurs venus de 56 pays sillonnent les allées de SavoieExpo à Chambéry durant deux jours. Ils rencontrent des prestataires de tous les massifs français à l'occasion du salon annuel Grand Ski.

Un peu plus de 10 000 rendez-vous d'affaires se déroulent entre voyagistes étrangers et prestataires des stations françaises depuis ce mardi matin et jusqu'à mercredi soir au salon Grand Ski qui se déroule cette année encore à SavoieExpo à Chambéry. Ils sont 463 représentants de tour-opérateurs venus de 56 pays présents. Ils rencontrent des hébergeurs, des gestionnaires de remontées mécaniques, des loueurs de matériel de ski, des écoles de ski de tous les massifs français, pour finaliser leurs offres de séjours au ski pour l'hiver prochain. Des offres qui intéressent pour l'heure deux millions et demi de clients étrangers dans les stations françaises (contre sept millions de clients français).

Un tiers des visiteurs du salon sont britanniques, russes ou néerlandais

Il y a les habitués, les tour-opérateurs britanniques, russes et néerlandais qui représentent à eux trois 35% des visiteurs du salon, et les nouveaux venus: cinq voyagistes viennent pour la première fois de Malaisie, de Singapour et de Thaïlande. Neuf prestataires de Lettonie et d'Estonie sont également présents, contre un seul des Pays Baltes l'an passé. Une présence accrue qu'Atout France (l'opérateur touristique de la France à l'étranger et organisateur du salon Grand Ski) explique par l'ouverture de la ligne aérienne Vilnius-Grenoble.

Certains prestataires français restent perplexes quant aux opportunités commerciales avec certains nouveaux TO, à l'image du directeur commercial du réseau montagne des magasins Sport 2000. " On voit arriver des nouveaux qui sont un peu éphémères, dit Arnaud Benoit. On a une clientèle exotique de tour-opérateurs sur ce salon. On a des gens qui viennent d'Indonésie, de Corée, de pays qui sonnent plus plage que ski, qui sont très peu enclins à nous envoyer de la clientèle pour des raisons de distances et de culture neige qu'ils n'ont pas. On voit assez peu de TO à volume ". Le directeur commercial du réseau montagne des magasins de sport mise plus sur sa clientèle traditionnelle, à près de 40% étrangère, et essentiellement britannique, belge et néerlandaise. Il sait qu'il ne signera pas de contrat sur ce salon Grand ski mais il va rencontrer 70 à 80% des tour-opérateurs qui constituent son chiffre d'affaires.

Le directeur commercial du réseau montagne des magasin Sport 2000, Arnaud Benoit

Les hébergeurs représentent près de la moitié des exposants sur ce salon. "C'est vraiment un salon incontournable pour nous, explique le directeur des Chalets du Soleil aux Ménuires. Les tour-opérateurs représentent plus de 50% de notre clientèle essentiellement en Europe du Nord - des Britanniques, des Scandinaves- et dans les Pays d'Europe de l'Est - Bulgarie, Russie- en fort développement. On n'a pas de marché en provenance d'Asie, on est en recherche d'opportunités, de ce qu'ils attendent quand ils viennent chez nous. Ça permet de rencontrer les TO spécialistes sur ces pays et de mettre en face un produit correspondant ".

Le responsable de la promotion Atout France à Pékin, Kang Nong

Les employés d'Atout France dans les pays étrangers guident les tour-opérateurs dans ce salon. C'est le cas de Kang Nong, responsable de la promotion Atout France à Pékin. " Maintenant c'est la famille avec des enfants qui souhaitent aller en France pour apprendre le ski ". Il évoque les groupes d'amis qui ont choisi Courchevel pour son image haut de gamme. "L'hôtel du Cheval Blanc par exemple, compte au moins 5% de sa clientèle chinoise". Dans les autres stations Kang Nong évoque des "traces" de skieurs chinois mais souligne l'énorme potentiel dans les prochaines années - en millions de skieurs- alors que Pékin accueillera les JO d'hiver en 2022.

Les petites différences entre skieurs indiens, russes, ...

En échangeant avec différents TO, on constate des nuances d'un pays à l'autre. Les Indiens par exemple, qui n'ont longtemps vu les Alpes qu'à travers Chamonix grâce aux productions de Bollywood, viennent désormais dans les stations des 3 Vallées mais pas question pour eux de rester sept jours au même endroit, ils veulent changer tous les trois ou quatre jours, dit le représentant d'un TO de New Dehli. Les Russes eux, cherchent toujours le haut-de-gamme, au moins quatre étoiles pour l'hébergement, mais Courchevel n'est plus leur station préférée. C'est désormais Val Thorens, assure le directeur d'un TO moscovite.

Les TO étrangers, tout en nuances...