Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Chamboule-tout dans les services des impôts en Moselle : "Il n'y aura pas moins de service public"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les services des Finances publiques vont se réorganiser complètement d'ici 2023. L'objection, selon la direction, est de concentrer les tâches de gestion dans de gros centres et de renforcer l'accueil fiscal du public dans 28 communes. Mais les syndicats dénoncent une baisse de qualité de service.

Hugues Bied-Chareton, directeur des Finances Publiques de la Moselle
Hugues Bied-Chareton, directeur des Finances Publiques de la Moselle © Radio France - Cécile Soulé

Moselle, France

L'organisation des Finances publiques en Moselle change complètement. Une réorganisation voulue par le gouvernement, suite au Grand débat et au mouvement des gilets jaunes. L'idée est d'assurer un meilleur accès aux services publiques pour la population et d'assurer une meilleure proximité. Mais les syndicats dénoncent au contraire une perte de la qualité de service.

Dissocier les tâches de gestion et l'accueil fiscal

Hugues Bied-Charreton, le directeur des Finances Publiques de la Moselle, invité de France Bleu Lorraine ce jeudi matin, reconnait que l'enjeu est de "continuer à assurer une qualité de services" dans un contexte d'économie et de réductions d'effectifs. "Il n'y aura pas moins de services publics, au contraire, assure Hugues Bied-Chareton. L'objectif de la réorganisation est de dissocier les tâches de gestion, qui seront concentrées dans de gros centres des impôts ou de grosses trésoreries et de conforter l'implantation actuelle en remettant de l'accueil fiscal (pour les particuliers et les entreprises), là où il y en a moins. 

Nous restons présents dans 28 communes de Moselle

"Nous restons présents dans 28 communes", affirme le directeur des Finances publiques de la Moselle, "ça ne changera rien pour les contribuables". Les centres d'accueil seront spécialisés en fonction de la nature du public, particuliers, entreprises ou collectivités. Exemple à Hayange, "sujet sensible", où l'accueil du public sera maintenu et les tâches de gestion déplacées à Thionville. Les Finances publiques veulent aussi inciter les contribuables à prendre rendez-vous pour traiter leur dossier. 

Réécoutez Hugues-Bied Chareton, invité de France Bleu Lorraine

Service low-cost

Les syndicats (Solidaires, FO, CGT, CFDT) ne sont pas rassurés par ces annonces, déjà échaudés par de nombreuses suppressions de postes et de trésoreries ces dernières années. Philippe Ostrogorski, secrétaire départemental Solidaires Finances publiques, parle de "service low-cost" et s'inquiète d'une "baisse de la qualité de service pour les contribuables". Pour Laurent Zommer, représentant du syndicat Solidaires Finances Publiques à Hayange, le centre actuel des impots se spécialisera dans les questions de trésoreries pour les mairies et collectivité locales "mais il n'y aura plus de réel accueil pour les particulier ou les entreprises, ils devront donc se rendre à Thionville".  

Reportage de Vianney Smiarowski sur les inquiétudes à Hayange

Concertation engagée avec les élus

Les syndicats des Finances publiques sont également inquiets de nouvelles réductions d'effectifs. La Moselle compte actuellement 1.200 agents. Hugues Bied-Chareton assure ne pas connaitre actuellement le volume de réduction d'effectif à venir, "qui sera précisé dans la loi de finance 2020". Mais pour le directeur des Finances publiques, cette réorganisation sera "moins anxiogène", notamment pour les élus qui bénéficieront d'une "visibilité pluriannuelle" sur l'implantation des services fiscaux, au lieu des fermetures actuelles de trésoreries. Une concertation vient de débuter avec les élus, et une cartographie précise des nouveaux services fiscaux sera présentée en octobre.