Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Champagne : avec le cumul RSA et salaire de vendangeur, la Marne espère plus de saisonniers

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La Champagne accueille chaque année près de 120.000 saisonniers pour les vendanges qui se font intégralement à la main. Et depuis 10 ans, les bénéficiaires du RSA peuvent cumuler leur allocation et leur salaire de vendangeur dans la Marne. Une possibilité bien trop peu connue.

Les vendanges mobilisent 120.000 saisonniers en Champagne, août 2018.
Les vendanges mobilisent 120.000 saisonniers en Champagne, août 2018. © Radio France - Sophie Constanzer

Épernay, France

Pour inciter les bénéficiaires du RSA à faire les vendanges, cela fait dix ans que le département de la Marne permet le cumul du revenu de solidarité active avec le salaire de saisonnier. Pourtant, seuls 340 allocataires du RSA ont cumulé leur aide avec un salaire de vendangeur l'an dernier. Bien trop peu au regard du nombre de bénéficiaires du revenu de solidarité active dans la Marne -18.000- selon le président du Conseil départemental de la Marne. 

Un bénéficiaire du RSA peut doubler son revenu du mois de septembre ! -- Christian Bruyen du département de la Marne

"Si d'autres vignobles ont exprimé l'an dernier le fait qu'ils étaient les premiers à mettre en place le dispositif, mais on le fait depuis 10 ans et on a pas bien communiquer !", souligne Christian Bruyen qui admet un problème de communication. Alors l'objectif c'est de faire bien mieux. "On est pour l'instant loin de l'objectif que l'on s'assigne, à savoir plus de 1.000 personnes qui pourront à travers ce dispositif, faire en sorte que lorsqu'on fait les vendanges, on ne perd pas son RSA... c'est essentiel pour remettre le pied à l'étrier, il faut une carotte... ", explique le président du conseil départemental de la Marne.  

Cette année, près de 8.000 bénéficiaires du RSA ont déjà été ciblés : ils ont reçu des lettres, des mails et ils seront relancés par téléphone. Et l'objectif c'est aussi de mieux informer les employeurs, les viticulteurs. Une plateforme simplifiée a même été mise en place pour faciliter le dépôt d'offres d'emplois et de CV, et faciliter la prise de contact entre viticulteurs et bénéficiaires du RSA : plateforme actif51.

120.000 saisonniers en Champagne dont 40.000 au moins via la prestation étrangère 

Et le cumul entre RSA et salaire de vendanges existe dans la Marne mais aussi dans les autres départements de l'aire d'appellation Champagne, l'Aisne et l'Aube. Mais encore faut il vaincre une forme de "désamour" pour les vendanges estime le président du Syndicat général des vignerons (SGV) Maxime Toubart : "c'est du travail extérieur, les vendanges ça dure une semaine, la vigne est basse, mais c'est aussi des travaux valorisants". Et les vendanges peuvent parfois amener vers l'emploi dans la vigne... 

La main d'oeuvre occasionnelle pour les vendanges pose un réel problème et il y a aussi les emplois permanents, non pourvus, en Champagne. "C'est décevant de voir qu'on a 1.000 emplois en CDI à pourvoir tout au long de l'année, et qu'on a encore des chômeurs dans les villages qui cherchent du travail", explique Maxime Toubart. Le président du SGV qui milite encore pour des vendanges traditionnelles où l'on loge et nourrit, mais qui admet que c'est pas toujours simple. 

Les professionnels ont de plus en plus recours aux prestataires de service, qui cherchent bien souvent de la main d'oeuvre à l'étranger. "40.000 personnes venues de toute l'Europe, et notamment des pays de l'Est, pour vendanger en Champagne... La prestation n'est pas la cause de nos problèmes mais la solution, faute de main d'oeuvre... Chacun doit trouver sa façon de faire mais c'est vrai qu'à titre personnel je milite pour les vendanges encore traditionnelles", ajoute Maxime Toubart. 

Choix de la station

France Bleu