Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Champigny-sur-Veude : une restauratrice rouvre son établissement pour ne pas "sombrer"

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Claire-Lise Deront, la gérante du café-restaurant La Bonne Dame de Champigny-sur-Veude a décidé de rouvrir. Un acte de rébellion face "aux aberrations" des contraintes sanitaires liées à la crise du covid.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN

Elle a décidé de dire non, non à la fermeture de son restaurant liée aux contraintes sanitaires de la crise du covid-19. Claire-Lise Deront a donc décidé de rouvrir son restaurant La Bonne Dame de Champigny-sur-Veude, le temps d'un service.

Claire-Lise Deront a beaucoup cogité avant de se lancer. "Je me suis dit qu'il fallait le faire, agir. Il y a une injustice quand on voit par exemple Miss France dans un supermarché avec 500 personnes agglutinées autour, alors que nous on ne peut pas ouvrir malgré toutes les mesures sanitaires mises en place," explique la gérante. C'est un moyen aussi pour elle et ses clients de retrouver de la légèreté, des sourires et de la joie. Pour cela, elle a fait une annonce sur la page Facebook de son restaurant.

Un tournage pour rouvrir

Une réouverture légale puisqu'elle se fera sous couvert d'un tournage, "c'est une façon de montrer les aberrations, de contourner les lois car les tournages sont autorisés. On va aussi en profiter pour en faire un film publicitaire pour promouvoir le restaurant", explique Claire-Lise Deront. La date, elle, reste encore secrète, les clients qui ont réservé par mail la connaîtront tout comme l'heure du rendez-vous. 

Claire-Lise Deront n'a pas peur des conséquences, "je n'ai rien à perdre. Mon restaurant est déjà fermé. Si la Bonne Dame y perd des plumes et doit fermer, je serai triste mais le plus dur est de ne rien faire et d'accepter ces consignes", raconte la restauratrice pour qui l'action est plus salvatrice que l'inaction.  

Claire-Lise Deront a peur simplement de "sombrer" si elle ne fait rien. "Tout cet argent que l'Etat a mis pour nous aider, ces milliards, alors que certains, malgré tout cela ne s'en sortiront pas. J'ai l'impression qu'on a créé un problème alors que cet argent aurait pu être donné et servir davantage au monde médical."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess