Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chantiers de l'Atlantique : la CFDT veut "être acteur" dans l'évolution de l'actionnariat de l'entreprise

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le syndicat CFDT des Chantiers de l'Atlantique veut "être acteur" dans l'évolution de l'actionnariat de l'entreprise. Fin janvier, l'Etat français a renoncé au rachat du site nazairien par les Italiens de Fincantieri et reste pour l'instant largement majoritaire.

Les Chantiers de l'Atlantique comptent 3 300 salariés
Les Chantiers de l'Atlantique comptent 3 300 salariés © Radio France - Anne Patinec

Fin janvier, après un long feuilleton, l'Etat français a renoncé au rachat des Chantiers de l'Atlantique par les Italiens de Fincantieri. Pour l'instant, l'Etat français reste très majoritaire dans l'entreprise et ne semble pas pressé de vendre. Mais pour ne pas être mis devant le fait accompli, les responsables de la CFDT ont décidé de rencontrer les différents acteurs. C'est ce qu'ils ont expliqué dans une conférence de presse ce mardi. En plus des représentants de l'Etat, des élus, ils ont notamment échangé avec des repreneurs potentiels : l'ancien propriétaire de Bricorama, Jean-Claude Bourrelier mais aussi Iskandar Safa  le patron des Constructions mécaniques de Normandie (CMN) à Cherbourg qui est également intéressé.

Que les citoyens puissent devenir actionnaires

Pour la CFDT, troisième syndicat des chantiers, il est important que les 3.300 salariés et 10.000 sous-traitants ne soient pas oubliés par les futurs actionnaires. Le syndicat déclare "ne rouler pour aucun candidat à la reprise des Chantiers de l'Atlantique", et pour ses responsables , "l'Etat doit continuer à jouer un rôle-clef dans l'entreprise et détenir avec Naval Group autour de 45 % du capital". Le syndicat milite aussi pour accroître l'actionnariat des salariés (2,4%) et des entreprises sous-traitantes (1,2%).

"Cela serait intéressant d'ouvrir également le capital aux citoyens et aux collectivités locales pour atteindre 10 à 12% avec les salariés et les sous-traitants", explique Jérôme Dholland, délégué syndical. Trois administrateurs salariés ont récemment été élus pour siéger au Conseil d'Administration : un CFDT, un CGT et un CFE-CGC.

Pour l'instant, malgré la crise sanitaire et l'arrêt des croisières, l'activité reste forte aux chantiers. Mais il faut que de nouvelles commandes se profilent car dès la fin mars, les bureaux d'études vont connaître des baisses de charge.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess