Économie – Social

Chantiers navals STX : quatre candidats à la reprise

Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan et France Bleu vendredi 4 novembre 2016 à 17:20

Le chantier naval de Saint-Nazaire devrait connaître ce vendredi 11 novembre 2016 le nom du repreneur
Le chantier naval de Saint-Nazaire devrait connaître ce vendredi 11 novembre 2016 le nom du repreneur © AFP - LOIC VENANCE

La justice sud-coréenne a annoncé ce vendredi que quatre sociétés étaient candidates au rachat du groupe STX Offshore ans Shipbuilding, qui détient notamment les chantiers navals de Saint-Nazaire. L'Etat français a déjà fait savoir qu'il comptait peser sur le choix du repreneur.

Le nom du repreneur devrait être connu ce vendredi 11 novembre. Mais d'ici là, la justice sud-coréenne a annoncé ce vendredi que quatre sociétés étaient candidates au rachat du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding, qui a demandé au mois de mai dernier son placement en redressement judiciaire.

Le tribunal de commerce de Séoul n'a pas souhaité donner le nom des candidats au rachat du groupe, mis en vente en même temps que son fleuron français : les chantiers navals de Saint-Nazaire. La justice sud-coréenne a en effet offert aux repreneurs la possibilité d'acheter les deux sociétés en bloc ou séparément.

Trois groupes européens sur les rangs

Les médias sud-coréens évoquent l'intérêt de trois groupes européens : le néerlandais Damen, l'italien Fincantieri et le groupe naval français DCNS, dont l'Etat français détient 62,5% du capital. La quatrième candidat serait un conglomérat de deux entreprises chinoises.

L'Etat français, qui détient un tiers du capital de STX France, a déjà fait savoir qu'il comptait "peser dans le choix du repreneur". Le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, a indiqué ce vendredi avoir "téléphoné au ministre coréen de l'Industrie" et "reçu l'ambassadeur de Corée en France". Il leur a rappelé que "s'il devait y avoir des offres qui ne soient pas dans l'esprit industriel qui est le nôtre", la France n'hésiterait pas à utiliser les moyens dont il dispose pour peser dans le choix du candidat final, à savoir, notamment, la minorité de blocage.

Carnet de commandes rempli jusqu'en 2026

Le chantier naval de Saint-Nazaire est en pleine forme : 2.600 salariés, il fait travailler environ 5.000 sous-traitants. Son carnet de commandes est rempli jusqu'en 2026 : il a 14 paquebots de croisière à construire, pour l'Italo-Suisse MSC Croisères et l'Américain Royal Caribbean.