Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chapelle-Darblay : les salariés de la papeterie de Grand-Couronne manifestent à Paris

Une centaine de salariés de la papeterie Chapelle-Darblay, de Grand-Couronne, se sont déplacés ce mercredi à Paris pour manifester devant le ministère de l'économie. Une délégation a été reçue par un conseiller du ministre normand Bruno Le Maire.

Les salariés de la papeterie Chapelle-Darblay ont notamment répandu des chutes de papier au pied du ministère de l'économie et des finances.
Les salariés de la papeterie Chapelle-Darblay ont notamment répandu des chutes de papier au pied du ministère de l'économie et des finances. © Radio France - Laure Lavenne

Une centaine de salariés de la papeterie UPM Chapelle-Darblay de Grand-Couronne se sont retrouvés sous les fenêtres du ministère de l'économie et des finances, à Paris-Bercy, ce mercredi. Une dizaine d'entre eux ont été reçus à la mi-journée au ministère pour faire le point sur l’avenir de la papeterie.

La fermeture de l'usine spécialisée dans le recyclage de papier a été officialisée le 15 juin dernier. Les salariés ont obtenu d’UPM un délai d’un an avant la mise à l’arrêt complet et irréversible des machines et espèrent désormais obtenir un engagement concret de Bruno Le Maire. Le ministre normand a en effet évoqué une "reprise possible" sur l’antenne de France Bleu Normandie le 10 juin dernier.

Avec leur venue à Paris, les Pap'Chap comptent bien faire pression sur le gouvernement pour ne pas tomber dans l’oubli au moment où les dossiers de licenciements et de faillites risquent d’être de plus en plus nombreux sur la table du ministre.

Selon les syndicats, entre 800 et 1000 emplois indirects sont concernés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu