Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Chaque nuit, des enfants se retrouvent à la rue en Indre-et-Loire

mardi 31 octobre 2017 à 9:53 Par Camille Labrousse, France Bleu Touraine

A l'approche de l'hiver, le 115, numéro d'appel d'urgence est déjà surchargé en Indre-et-Loire. Il y a quelques jours, une trentaine d'enfants s'est retrouvé à la rue.

Vendredi dernier, une trentaine d'enfants n'avait pas d'abri pour passer la nuit
Vendredi dernier, une trentaine d'enfants n'avait pas d'abri pour passer la nuit © Radio France - Adèle Bossard

Tours, France

D'ici la mi-novembre, des places d'hébergement d'urgence supplémentaires vont être mise à disposition des sans-abris en Indre-et-Loire. Il y en a actuellement 452. Une trentaine en plus vont être débloquées dès que la préfecture juge qu'il fait trop froid. Deux gymnases pourront également être réquisitionnés et éventuellement des chambres d'hôtel, au cas par cas.

C'est dramatique" - Thierry Gheeraert gère le 115 dans le département

Mais le 115, numéro d'appel d'urgence est d'ores et déjà saturé. Chaque nuit, en moyenne 80 personnes contactent le numéro en vain. Et parmi elles, de nombreux enfants. La semaine dernière par exemple, 30 enfants n'avaient pas d'abri pour passer la nuit de vendredi à samedi. Thierry Gheeraert gère le 115 dans le département. Il est désemparé devant ce constat, "on a des critères de vulnérabilité qui fait qu'il y a des priorités. Mais si on a un enfant de trois semaines qui sort de la maternité et un enfant de trois mois, la priorité est donnée au nourrisson de trois semaines. C'est dramatique".