Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Charges sur les travailleurs saisonniers : l'inquiétude des viticulteurs de Touraine

mardi 25 septembre 2018 à 5:06 Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine

Le gouvernement va mettre fin en 2019 à l'exonération des charges sur les travailleurs saisonniers. Une mesure qui inquiète à la fois les agriculteurs, qui pourraient moins embaucher l'année prochaine, mais aussi les saisonniers qui pourraient avoir des difficultés à trouver un emploi.

Dans la viticulture tourangelle, 9 embauches sur 10 sont saisonnières
Dans la viticulture tourangelle, 9 embauches sur 10 sont saisonnières © Maxppp - Maxppp

Amboise, France

C'est une annonce qui fait grincer des dents les agriculteurs français : la fin de l'exonération des charges sur les travailleurs saisonniers, annoncée ce mercredi par le Premier ministre Édouard Philippe. Cette exonération avait été mise en place en 2009 par Bruno Le Maire, alors qu'il était ministre de l'agriculture de Nicolas Sarkozy. Dès janvier, tous les emplois saisonniers seront à nouveau taxés par le gouvernement. Une mesure qui provoque la colère des agriculteurs qui manifestent ce lundi dans plusieurs villes du pays. 

Damien et Coralie sont viticulteurs. Ils sont propriétaires du domaine de la Grange Tiphaine, à Amboise. Ils embauchent actuellement une vingtaine de saisonniers pour les vendanges. Ils ont calculé : si l'exonération est supprimée, il leur faudra débourser 170 euros en plus par mois, par saisonnier : "Le résultat, c'est que l'année prochaine,c'est possible qu'on embauche moins de saisonniers.", avoue Damien. 

"Le résultat ? Si je veux continuer à faire les vendanges l'année prochaine, je l'ai dans l'os..." Vincent, saisonnier chez Damien et Coralie 

Coralie poursuit : "Les pouvoir publics ne comprennent pas que cette exonération n'est pas pour nous. On ne s'enrichit pas grâce à elle. Elle est faite pour que nous puissions embaucher des travailleurs." Dans cette exploitation, les saisonniers sont très inquiets. À commencer par Julien, 21 ans : "Oui, cela me fait vraiment peur car j'ai pour ambition de devenir saisonnier à temps plein. Cette mesure remet totalement en cause mon projet." 

Des contreparties pour les agriculteurs  

Vincent est saisonnier dans les vignes dix mois dans l'année : "Cette annonce fait mal... Elle fait très mal... Résultat, il y aura moins d'embauches, donc moins de places. _Donc si je veux continuer dans les vendanges l'année prochaine, je l'ai dans l'os.._." Le gouvernement s'est néanmoins engagé à verser des contreparties aux agriculteurs. Ils seront les premiers bénéficiaires des exonérations de nouvelles charges prévues dans le budget 2019.