Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Châteauroux : 80 personnes manifestent contre la loi sécurité globale

-
Par , France Bleu Berry

Les manifestants ont manifesté une deuxième fois pour demander le retrait des plusieurs dispositions contestées de la proposition de loi sécurité globale.

80 manifestants ont répondu à l'appel du collectif Stop loi Sécurité globale
80 manifestants ont répondu à l'appel du collectif Stop loi Sécurité globale © Radio France - François Chagnaud

Le collectif départemental "Stop loi Sécurité globale" s'est donné rendez-vous ce samedi matin à Châteauroux pour une manifestation entre la place de la République et la préfecture. Sur place, 80 personnes. C'est moins que la dernière manifestation castelroussine. Et cette fois-ci, peu de participants non-affiliés à un syndicat ou un parti politique. Dans le cortège, il y avait principalement des syndicats et des associations : SNJ, Solidaires, CGT, Ligue des droits de l'homme, CFDT, FSU, RESF, Ligue de l'enseignement. 

L'article 24 de la proposition de loi sécurité globale est toujours au coeur des revendications et des inquiétudes des manifestants. Ce texte interdit la captation et la diffusion d'images de forces de l'ordre en manifestation lorsqu'elles portent atteinte à leur "intégrité physique et psychique". Après une importante levée de boucliers sur tout le territoire, la majorité parlementaire a annoncé que l'article serait réécrit. 

Une solution insuffisante selon Ghislaine Millet, président de la LDH dans l'Indre : "Ca ne correspond pas à ce qu'on attend. On compte sur le Sénat pour faire évoluer le texte. Il faut que les trois articles qui sont les plus inacceptables, 20, 22 et 24 soient enlevés. On ne veut pas de rafistolage, mais un retrait de la proposition de loi. Modifier un verbe, une phrase, ne suffit plus". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess