Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Châteauroux : les commerçants du centre-ville essaient de résister à la crise

-
Par , France Bleu Berry

À la crise sanitaire de l'épidémie de Covid-19 se rajoute une crise économique de grande ampleur. À Châteauroux, les commerces en centre-ville s'organisent pour limiter la casse.

La rue Victor Hugo, une rue commerçante à Châteauroux
La rue Victor Hugo, une rue commerçante à Châteauroux - Google Maps

Les rideaux métalliques sont souvent baissés. Les lumières éteintes. À Châteauroux, comme dans toutes les villes de France, les commerçants sont très touchés par les conséquences de l'épidémie de Covid-19 et du confinement décrété depuis le 17 mars. Les déplacements dans les commerces ont chuté de 86% depuis le début du confinement en France, selon le Premier ministre.

Livraisons à domicile ; commandes à emporter ; clients encore accueillis

À Châteauroux, la mairie a mis en place une action pour redynamiser le centre-ville depuis plusieurs années. Action qui porte ses fruits avec un solde positif d'ouvertures de nouveaux commerces. La Ville participe également au programme "Action cœur de ville". Les commerçants tentent donc aujourd'hui de s'organiser pour limiter la casse sur le plan économique. "Plusieurs commerces font de la livraison à domicile. On a aussi des commerces qui ouvrent pendant quelques heures et invitent leurs clients à passer commande avant. Cela permet d'aller plus vite", explique Cathie Delvallée, présidente des Boutiques de Châteauroux. 

La sortie du confinement est aussi déjà anticipée. "On se prépare pour inciter les consommateurs à revenir dans le centre-ville, à privilégier les commerçants à proximité, près de chez eux. C'est important dans cette période", poursuit Cathie Delvallée. En faisant le tour des commerces, elle s'est rendue compte que les magasins de vêtement sont ceux qui souffrent le plus de cette épidémie.

Une chute de fréquentation

Certains commerces restent ouverts. Des opticiens, des commerces alimentaires aussi. C'est le cas de "La Grigne", la boulangerie bio du centre-ville castelroussin. Mais la chute de fréquentation est réelle. "En début de semaine, on perd largement 50% de clients. Et en fin de semaine, on est sur une baisse d'au moins 20%. Le samedi par exemple, malgré le marché place de la République, ce n'est même pas comparable", précise Jérôme Sartout, le gérant. Lui s'attend à plusieurs mois compliqués, même après la fin du confinement.

Le 11 mai, ça ne repartira pas comme avant, on va rester dans cette situation jusqu'à la fin de l'été

Dans sa boulangerie, Jérôme Sartout a revu à la baisse sa production de pâtisseries. "On a eu des journées où on manquait de produits et d'autres où on avait énormément de produits. J'ai réduit ma gamme de moitié. On vend principalement du pain, pas beaucoup de viennoiseries, de petites fantaisies", explique-t-il.

En centre-ville en ce moment, il n'y a personne, c'est désertique

"Notre clientèle, ce sont des piétons, des promeneurs, des gens qui font les boutiques, qui sont de passage dans la ville, qui travaillent et sortent pour manger à midi. Actuellement, cette clientèle, on ne l'a pas", ajoute Jérôme Sartout.

La concurrence des achats sur Internet

Pour l'instant, selon la présidente des Boutiques de Châteauroux, il n'y a pas d'inquiétude particulière concernant la fermeture de petits commerces. Beaucoup ont recours au chômage partiel pour tenter d'éviter une catastrophe économique

En revanche, un élément suscite la crainte : les achats sur Internet. "Même pour des achats qui ne sont pas de première nécessité, les commandes en ligne continuent", s'inquiète Cathie Delvallée. "C'est un vrai désavantage pour les petits commerces car nous n'avons pas les structures pour le faire face aux grandes enseignes et aux centres commerciaux", ajoute-t-elle.

Au niveau national, une pétition circule pour reporter les soldes d'été. Ils devaient débuter le mercredi 24 juin. Certains réclament que les soldes commencent le 22 juillet. Cela permettrait aux commerçants de se refaire une trésorerie et de limiter, dans la mesure du possible, les effets de la crise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess