Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Châteauroux : les restaurants tentent de réduire leurs déchets

-
Par , France Bleu Berry

De plus en plus de restaurants castelroussins s’attellent à réduire leurs déchets. Le tri sélectif en salle est obligatoire depuis le 1er janvier 2016, mais tous les établissements ne respectent pas encore cette norme. Aujourd'hui, cela devient même un argument de vente.

 Le restaurant Patapain a mis en place le tri sélectif en salle, il y a un an à Châteauroux.
Le restaurant Patapain a mis en place le tri sélectif en salle, il y a un an à Châteauroux. © Radio France

Le gouvernement met la pression aux chaînes de restauration rapide. Plusieurs représentants d'enseigne comme Mac Donald's, KFC ou encore Burger King, étaient invités ce lundi au Ministère de la transition écologique et solidaire. Objectif pour le gouvernement : leur rappeler les règles de tri sélectif. Depuis le 1er janvier 2016, le non-respect de l'obligation de tri dans ce type de restaurant est puni, en théorie, d'une peine de 75 000 euros d'amende et deux ans de prison. Mais dans les faits, peu d'établissements ont mis en place le tri sélectif en salle pour l'instant. À Châteauroux, les établissements se mettent progressivement aux normes. Certains d'entre eux vont même plus loin et visent le zéro déchets.

Vers le zéro déchet ?

La chaîne Patapain a mis en place le tri sélectif il y a un an dans son établissement à Châteauroux. Les clients doivent ainsi trier les déchets en plastique et en carton, des déchets non-recyclables, après avoir consommé. "C'est bien indiqué, il suffit juste de suivre ce qu'il y a marqué sur la poubelle", affirme Nathalie, une cliente régulière. Ce n'est pas aussi simple pour tout le monde et puis, il faut y mettre du sien, comme le reconnaît Jeanne, 67 ans : "il y en a qui s'en foutent, ils mettent n'importe comment (les déchets). Moi, je le fais à chaque fois. À part une fois, je me suis trompée, j'ai failli jeter une tasse en verre. C'est vrai qu'au début, c'est un peu dur". "

C'est aux clients de faire l'effort. On fait quelques efforts s'il y a quelques plastiques mal rangés mais on ne peut pas passer derrière chaque client pour le faire.                          
Mathieu Sourisack, directeur de Patapain à Châteauroux

Jeanne et Monique sont deux clientes régulières de Patapain à Châteauroux. - Radio France
Jeanne et Monique sont deux clientes régulières de Patapain à Châteauroux. © Radio France

Monique, elle, respecte le tri sélectif à Patapain, contrairement à chez elle. Elle vit en HLM à Châteauroux et a du mal à trier ses déchets. "Je le fais un peu mieux car à une époque je ne le faisais pas du tout", confie cette cliente de 78 ans. Le respect du tri sélectif peut également devenir un argument marketing pour les enseignes comme Patapain. Des clientes, comme Nathalie, sont incitées à retourner dans les restaurants qui respectent ce "geste" : "on voit que la nature ça les intéresse. Il faut prendre soin de la planète, elle va mal : il faut avoir le geste citoyen".

A Châteauroux, certaines enseignes vont encore plus loin que le tri sélectif. C'est le cas du restaurant Yakagoûter, créé en novembre dernier, qui vise le zéro déchet. Les plats à emporter sont servis dans des bocaux en verre. Les clients paient une consigne de deux euros, qu'ils récupèrent quand ils viennent rendre les bocaux. "On a des pailles en maïs bio compostables. On a des verres, des boîtes, des couverts en papier recyclé compostable aussi. On essaye d'avoir un geste et d'expliquer la démarche à nos clients", détaille Jean-Jacques Cheneau, le cuisinier du restaurant.

Au départ, les clients étaient un peu réticents. Châteauroux, ce n'est pas une ville où on bouscule rapidement les choses.                        
Jean-Jacques Cheneau, cuisinier au restaurant Yakagoûter

Il faut compter 7,90 euros pour un plat à emporter dans un bocal : le prix à payer pour une cuisine bio qui utilise le moins de déchets possibles.

Jean-Jacques Cheneau : "on essaye d'expliquer notre démarche aux clients"

Le restaurant Yakagoûter à Châteauroux vise le zéro déchet depuis le mois de novembre. - Radio France
Le restaurant Yakagoûter à Châteauroux vise le zéro déchet depuis le mois de novembre. © Radio France