Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Châteauroux : en redressement judiciaire, l'usine MK Air reste sous observation

-
Par , France Bleu Berry

Les syndicats et les salariés le redoutaient : la liquidation judiciaire n'a pas été prononcée pour l'usine MK Air de Châteauroux. L'entreprise reste sous observation jusqu'au 2 septembre.

Le site de MK Air à Châteauroux emploie 31 personnes
Le site de MK Air à Châteauroux emploie 31 personnes - Capture d'écran - Google Street View

Les 31 salariés de l'usine MK Air à Châteauroux ne sont toujours pas fixés sur leur avenir. Le tribunal de commerce faisait un point sur la situation de l'entreprise ce mercredi. Placée en redressement judiciaire, l'entreprise de fabrication de pièces d'hélicoptère reste sous observation jusqu'au 2 septembre. Aucune liquidation judiciaire n'a été prononcée pour l'instant. Ce délai supplémentaire doit laisser le temps à d'éventuels repreneurs de se manifester. 

L'audience du 2 septembre sera décisive 

Ce mercredi, devant le tribunal de commerce, le directeur du site MK Air de Châteauroux, Pierrick James, a montré le projet qu'il souhaite porter. Il espère pouvoir conserver 23 postes sur les 31 existants. "Il faut tenir coûte que coûte pour que ça se fasse. Il faut monter le projet, trouver les financements. Si on réussit, ce sera une belle chose pour la ville de Châteauroux et le département de l'Indre. On a un délai court mais on va se battre pour y arriver", a déclaré Pierrick James à l'issue de l'audience.

Ce dossier a le soutien des salariés et des syndicats. L'audience le 2 septembre sera décisive pour l'avenir du site. "On a un peu d'espoir et un soulagement de courte durée. Il faut ficeler le dossier correctement pour reprendre l'entreprise. On est partie prenante de ce challenge, on est derrière notre directeur qui a une envie débordante", insiste Laurent Chebroux, représentant des salariés et délégué Force Ouvrière.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess