Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Châteauroux : une cinquantaine de personnes manifestent contre la précarité et les licenciements

-
Par , France Bleu Berry

Pour la journée annuelle contre la précarité, pour l’emploi et ceux qui en sont privés, l'Union départementale de la CGT dans l'Indre a réuni une cinquantaine de manifestants ce samedi sur la place de la République de Châteauroux.

L'appel de l'union départementale de la CGT dans l'Indre a réuni une cinquantaine de personnes sur le marché de Châteauroux
L'appel de l'union départementale de la CGT dans l'Indre a réuni une cinquantaine de personnes sur le marché de Châteauroux © Radio France - François Chagnaud

Cinquante personnes se sont réunies à l'initiative de l'Union départementale de la CGT dans l'Indre. Egalement présents, d'autres syndicats comme le SNUipp-FSU, le Réseau éducation sans frontières et des partis politiques : NPA et La France Insoumise. Le mot d'ordre en cette journée annuelle contre la précarité et pour l'emploi : la défense des précaires.

La première solution : "l'interdiction des licenciements et le CDI pour tout le monde !", s'exclame Nicolas, téléconseiller en CDI chez Armatis, drapeau CGT à la main. Les travailleurs employés en CDD dans son entreprise ont subi de plein fouet la crise de l'emploi qui résulte de l'épidémie de Covid, estime-t-il : "Avant la Covid, nous étions plus de 600 ... maintenant nous ne sommes plus que 450."

Non aux licenciements

Egalement dans le collimateur des manifestants : les plans sociaux et vagues de licenciements dans les entreprises indriennes depuis plusieurs mois. La liste est donnée dans les discours des représentants de la CGT : "Une première vague de licenciements chez Centrair au Blanc, à Argenton-sur-Creuse : Indraéro et Crémair, la liquidation des transports Guillemet ... les travailleurs corvéables à merci ont peur de perdre leur emploi."

L'objectif est aussi de mettre en lumière la situation des salariés qui ne bénéficient pas de l'appui syndical des entreprises de taille moyenne : "C'est souvent tout ces travailleurs invisibles qui subissent le chômage et les licenciements. Ceux qu'on ne voit pas se trouvent dans les entreprises de moins de 11 salariés ou les associations", détaille José-Manuel Félix, secrétaire départemental de la CGT Educ'Action. 

Une manifestation-anniversaire : elle se tenait un an jour pour jour après le début de la mobilisation contre la réforme des retraites. La lutte contre la réforme de l'assurance-chômage demeure l'un des fils rouges de la mobilisation. La réforme, déjà suspendue jusqu'à avril 2021 a vu deux de ses mesures retoquées par le Conseil d'Etat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess