Économie – Social

A Châteauroux, une dizaine de SDF accueillis en centre d'accueil pendant l'été

Par Justine Dincher, France Bleu Berry lundi 15 août 2016 à 8:02

Un centre d'hébergement (image d'illustration)
Un centre d'hébergement (image d'illustration) © Maxppp - Franck Dubray

Pendant l'été, à Châteauroux, dans l'Indre, le foyer d'hébergement "Solidarité accueil" reste ouvert pour les personnes sans-domicile-fixe. 11 hommes séjournent ici, et tentent de reconstruire un projet de vie.

Ce n'est pas parce qu'il fait beau, que les SDF vivent mieux l'été ! Contrairement aux idées reçues, c'est une période tendue pour les personnes sans logement. A Châteauroux, le foyer d'hébergement "Solidarité accueil" reste ouvert pour les accueillir. Une dizaine d'hommes est hébergée en ce moment.

Onze places à l'année

Le centre comprend deux services : le Service Intégré d'Accueil et d'Orientation, le SIAO, accueille les personnes en journée, du lundi au vendredi, lors d'une permanence avec des travailleurs sociaux. Sur le même site, il y a aussi un Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale, un CHRS, avec onze places. Ici, onze hommes, sans hébergement, sont accueillis pour des durées plus ou moins importantes : 3 mois, 6 mois, un an par exemple, le temps de reprendre pied.

"Ce sont des personnes qui ont été orientées par le SIAO, qui ont des difficultés sociales. Grâce à nos services, elles sont accompagnées pour passer de l'hébergement chez nous, une situation qui est par nature instable, vers du logement ou vers une situation d'hébergement qui soit plus pérenne que celle qui est proposée aussi", explique Tewfek Youyou, le responsable du site.

Des accidents de la vie, et la rue

Olivier, bientôt 47 ans, vit ici depuis un an. Après un divorce très douloureux, il s'était retrouvé à la rue à dormir dans des caves. "Quand je suis arrivé là, je ne pouvais plus subvenir à mes besoins. Je devais payer pour mon ex-femme et je n'avais plus les moyens de me nourrir. J'ai été dans plusieurs structures comme la Croix Rouge ou les Restos du Coeur. Et puis à force de parler avec les bénévoles, je suis allé taper à la porte de Solidarité Accueil", explique cet ancien habitant d'Issoundun, qui n'a pas été épargné par les drames familiaux.

Olivier a sa propre chambre dans ce bâtiment de deux étages. Depuis un an, il réapprend chaque jour à vivre seul : "je n'avais plus de compte bancaire, je n'étais plus à jour à Pôle Emploi. Avec ma référente, on a remis de l'ordre et repris tout à zéro. Et puis ici, j'ai un toit, je mange, je suis à l'abri, pas comme lorsque j'étais dehors, tout seul. Grâce à ma référente, je suis en train de retrouver un emploi, ce n'est qu'une question de mois !", s'enthousiasme Olivier qui avoue que"sans l'équipe de Solidarité Accueil, je ne serai sans doute plus là pour parler". Le Berrichon espère maintenant "reprendre une vie normale, avoir un appartement, mener ma vie de mes propres ailes".

Un contrat à l'entrée dans le centre

Le responsable du site, Tewfek Youoyou explique que "les hommes qui viennent sont des personnes qui veulent venir. Ils viennent ici pour réaliser un projet, que l'on aura dessiné avec eux, et pour lequel ils doivent se rendre acteur. Les personnes signent un contrat à leur entrée dans l'établissement, pour atteindre des objectifs". Les personnes accueillies bossent avec des travailleurs sociaux sur la gestion budgétaire, les relations avec les familles, l'éducation à la compréhension de l'administration, etc.

Un établissement qui tourne à plein régime l'été

Ici donc, l'établissement est plein, même l'été. "La question de l'hiver et de l'été est une question télévisuelle ou journalistique ! Les besoins ne se reflètent pas au gré des saisons ! Aujourd'hui, c'est le cas, on a autant de demandes que cet hiver, il n'y a pas eu une baisse croissante des besoins en termes d'hébergement, entre l'hiver et l'été. C'est une représentation qui est fausse et qui peut parfois s'inverser : parfois, ça peut être plus calme l'hiver et beaucoup plus turbulent l'été", affirme Tewfek Youyou.

Dans l'Indre, il y a 57 places en CHRS, dont 11 sur le site de Châteauroux. Une dizaine d'autres places est réservée à l'hébergement d'urgence. A la permanence de "Solidarité Accueil", une petite vingtaine de personnes vient chaque jour demander de l'aide.

▶ Solidarité Accueil : 20 avenue Charles de Gaulle à Châteauroux, 02 54 27 77 17.