Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Châtellerault : l'entreprise AMPC ferme après 47 ans d'existence

-
Par , France Bleu Poitou

L'entreprise AMPC de Châtellerault, spécialisée dans la fabrication de pièces à destination de l'aéronautique, ferme ses portes. Elle vient d'être placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Poitiers. 34 salariés et deux intérimaires se retrouvent au chômage.

L'entreprise AMPC de Châtellerault a été placée en liquidation judiciaire.
L'entreprise AMPC de Châtellerault a été placée en liquidation judiciaire. © Radio France - Marine Protais

Châtellerault, France

C'est la fin de 47 ans de savoir-faire à Châtellerault. L'entreprise AMPC - l'Atelier de mécanique de précision de Châtellerault - spécialisée dans la fabrication de pièces pour l'aéronautique, ferme ses portes. Elle a été placée en liquidation judiciaire le 8 novembre dernier par le tribunal de commerce de Poitiers. Elle employait 34 salariés et deux intérimaires. Tous se retrouvent donc sur le carreau. Une situation que déplore le dirigeant d'AMPC, Joël Faity, mais qui ne le surprend pas. 

A partir du moment où, tous les mois, le chiffre d'affaires est négatif parce que rien ne sort des machines et que les pièces envoyées chez les clients sont mauvaises, mal réalisées, et qu'on vous demande de les rembourser, ce n'est pas viable.

Le dirigeant d'AMPC pointe un manque de productivité de certains de ses employés qui a conduit, selon lui, a cette liquidation judiciaire. L'usine était dans le rouge depuis plusieurs années. Elle avait déjà été placée en redressement judiciaire il y a trois ans, fin 2016. Depuis, la situation n'a fait qu'empirer.

Des retards dans la fabrication et la livraison des commandes

Quand Joël Faity a repris les rênes d'AMPC en 2008, il assure que l'entreprise fonctionnait déjà à perte. Pourtant, le carnet de commandes était plein en permanence. Mais la fabrication et la livraison des commandes n'étaient "jamais réalisées en temps et en heure". L'AMPC a donc dû rembourser, à plusieurs reprises, certains clients.

Pour Dassault Aviation, on a dû rembourser à peu près 100 000 euros. Pour Zodiac, plus de 80 000 euros. Ça ne nous a pas aidé à gagner de l'argent. Mais on aurait pu s'en sortir malgré tout. Si on avait augmenté notre productivité de 10%, on aurait survécu. Alors ce n'est peut-être pas facile à entendre mais si aujourd'hui on ferme, oui, c'est de la faute de certains salariés.

Ce constat est partagé par la déléguée du personnel. Lydia Broquin travaille chez AMPC depuis 12 ans. Pour elle, c'est un "véritable gâchis". Elle qui aurait "adoré finir sa vie ici" en veut beaucoup à la _"dizaine de collègues"_qu'elle tient pour responsables de la fermeture de l'entreprise.

J'ai presque 47 ans. Je suis une femme. Je n'ai pas de diplôme. Que voulez-vous que je retrouve ? Rien.

Lydia Broquin n'a aucune idée de ce qu'elle va faire, aucune piste pour être embauchée ailleurs. Cette mère de famille a donc décidé de faire une pause pour s'occuper de ses deux enfants et surtout, pour digérer la pilule.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu