Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Châtillon-sur-Indre : une marche pour dénoncer la mort des petits commerces dans la ruralité

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Samedi 2 novembre, c'est le jour des morts. Une date choisie par un habitant de Châtillon-sur-Indre pour marcher jusqu'à Châteauroux. Il veut dénoncer la disparition des commerces dans les zones rurales et le manque de soutien à l'égard des artisans et agriculteurs.

À Châtillon-sur-Indre, le nombre de locaux commerciaux vides est important
À Châtillon-sur-Indre, le nombre de locaux commerciaux vides est important © Radio France - Jérôme Collin

Châtillon-sur-Indre, France

C'est une initiative symbolique que mène Jany Blanc. Ce samedi 2 novembre, c'est le jour des morts. Cet ancien commerçant veut rendre hommage aux commerçants, artisans, agriculteurs obligés de mettre fin à leur activité. Il va partir de Châtillon-sur-Indre pour rejoindre à pied Châteauroux. Lui-même a vu sa petite jardinerie dans le centre-ville de Châtillon-sur-Indre être placée en liquidation judiciaire. "Le chiffre d'affaires a baissé à partir de la crise de 2008. Les banques ne m'ont pas fait de cadeaux. Le RSI m'a pris tout mon pognon", témoigne Jany Blanc. Il est obligé de vendre sa maison pour payer ses dettes.

Jany Blanc, devant son commerce fermé depuis 2013 - Radio France
Jany Blanc, devant son commerce fermé depuis 2013 © Radio France - Jérôme Collin

Jany Blanc se sent abandonné depuis la fermeture de son commerce en 2013. "Moi je tiens le coup, je suis gaillard. Mais il y en a qui se suicident après ça. Donc je fais cette marche pour eux", explique le retraité de 64 ans. Il veut aussi alerter les pouvoirs publics face à la désertification des campagnes. "Je suis en colère. On laisse crever les communes rurales", s'agace Jany Blanc. 

Les petits commerces animent la vie. Mais regardez, ça devient mort, on a le droit de crever sans que personne ne bouge" 

Un sentiment partagé par de nombreux habitants. Il suffit de faire un tour dans le centre-ville de Châtillon-sur-Indre pour constater le problème. "Je suis arrivée il y a 11 ans. La rue Grande était pleine de commerces. Là, il y en a au moins 10 qui ont fermé", explique Claudine. Cette habitante regrette presque son installation. "Plus ça va, pire c'est. C'est général, dans tous les petits bleds. Les jeunes ne veulent pas venir dans les campagnes. C'est dommage", surenchérit Patricia.

Les commerces qui durent le plus longtemps, c'est le boulanger, le pharmacien, l'ambulance et le croque-mort. On a plus de souvenirs que d'avenirs"

- - Radio France
- © Radio France - Jérôme Collin

Des perspectives qui ne sont pas rassurantes pour les commerçants encore sur place. Géraldine tient un salon de coiffure. "Dans 10 ans, il n'y aura plus de commerce dans Châtillon-sur-Indre à ce rythme-là", s'inquiète cette professionnelle installée depuis trente ans. "On a deux commerces comme Intermarché qui ont englobé tous ceux qui ont fermé. Le problème est là aussi", conclut-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu