Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Cheminots, étudiants : la mobilisation syndicale s'organise à Clermont-Ferrand

mercredi 4 avril 2018 à 19:01 Par François Rauzy, France Bleu Pays d'Auvergne

Manifestation ce mercredi 4 avril à Clermont-Ferrand pour soutenir les cheminots en grève. Des étudiants et des retraités, pour la plupart syndiqués, sont venus grossir les rangs du mouvement. Tous sont venus exprimer leur rejet des politiques gouvernementales.

Le cortège de manifestants défile sur le Cours Sablon
Le cortège de manifestants défile sur le Cours Sablon © Radio France - François Rauzy

Clermont-Ferrand, France

Ils étaient 370 selon la préfecture à défiler dans les rues clermontoises ce mercredi 4 avril. Cheminots en tête, le cortège était également composé d'une centaine d'étudiants venus protester contre la mise en place de la plateforme Parcoursup, qui instaure selon eux une sélection à l'université.  Des retraités étaient également présents, touchés par la hausse de la CSG. Une mobilisation très syndicale où l'on pouvait retrouver Sud Solidaires, la CGT, FO, l'UNEF ou encore la CFDT. 

Une manifestation sous forme de "convergence des luttes"

Pour le secrétaire départemental Force Ouvrière Frédéric Bochard, si la grève des cheminots est la raison d'être principale de cette manifestation, elle n'est pas la seule : " On est dans une période où le gouvernement attaque de tous les côtés. Le statut de cheminot c'est en réalité les conditions de travail, les garanties collectives, qui concernent tous les salariés aujourd'hui. " Les étudiants partagent le même point de vue, et pour eux il est normal de soutenir les cheminots. Lucas est étudiant en deuxième année de lettre à Clermont-Ferrand et militant à l'UNEF Auvergne : " En plus de notre opposition à Parcoursup, on veut soutenir le service public. La plupart des étudiants ici présents doivent utiliser le train pour venir en cours, et pour nous c'est important de montrer qu'on est pour la préservation du service tel qu'il est aujourd'hui. "

Un parfum de Mai 68 dans l'air ?

A quelques semaines des 50 ans de l'historique mobilisation étudiante et sociale qui avait secoué la France en mai 1968, cette unification des étudiants et des cheminots n'est pas anodine. Mais pour l'heure, la mobilisation ne dépasse pas le cadre syndical. Pour Frédéric Bochard, cette comparaison n'a de toute façon pas lieu d'être : " Je ne crois pas à la magie des dates. Je crois simplement aux situations sociales. Ce qui fait la coïncidence, c'est que comme à l'époque, le gouvernement attaque la jeunesse, et remet en cause tout ce qui garantit les conditions d'existence, de rémunération et de travail des salariés. Le gouvernement doit s'inquiéter de voir, de par son projet politique, coïncider la colère des étudiants, des salariés et des retraités. "