Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tourisme dans le Cher : la plate forme KissKiss BankBank accompagne les porteurs de projets

-
Par , France Bleu Berry

Si vous voulez aider des porteurs de projets touristiques dans le Cher, c'est le moment ou jamais. Jusqu'au 12 novembre, la plate-forme de financement participatif KissKiss BankBank, ouvre la collecte de fonds pour dix projets inscrits dans leur territoire.

Illustration (Apremont-sur-Allier-Cher)
Illustration (Apremont-sur-Allier-Cher) © Maxppp - Heinz Linke

Ces projets vont de la location de vélos à Méry sur Cher, à la création d'un musée rigolo à La Borne, en passant par le parrainage d'ânes Grand Noir du Berry à Lignières. C'est la première fois que KissKiss BankBank s'associe ainsi à un territoire pour promouvoir des initiatives locales. Depuis plusieurs semaines, les dix lauréats peaufinent la communication autour de leurs projets avec l'aide de l'agence de développement touristique du Cher  : à eux, maintenant de se mettre en avant sur les réseaux sociaux pour remplir leur cagnotte. Les demandes de financement varient de 3.000 à 15.000 euros selon les projets. 

Photo de groupe pour les porteurs de projets du Cher sur Kisskiss BankBank
Photo de groupe pour les porteurs de projets du Cher sur Kisskiss BankBank © Radio France - Michel Benoit

Parmi ces dix projets, celui d'Adélaïde et Vincent Grall, viticulteurs à Sancerre. Ils veulent développer un projet d'oenotourisme et recherchent 4.000 euros sur KissKiss BankBank : " Le projet, c'est la restauration d'une petite cabane de vignes, détaille Adélaïde. Elle se trouve sur une parcelle, sous les murs de Sancerre avec une vue magnifique sur le vignoble et sur le Val de Loire. Ma spécialité, c'est la dégustation dans la parcelle de production. J'ai étoffé mon offre avec des petits circuits découvertes et là, on souhaite proposer quelque chose  un peu plus cocooning, privatif dans un lieu typique du vigneron. Je recherche 4.000 euros. Quoiqu'il advienne de la collecte, j'estime que le pari est déjà gagné avec toute l'aide qu'on a reçu pour faire avancer notre projet. Avec Tourisme et Territoires du Cher, on a fait des photos magnifiques, j'ai appris plein de choses sur l'utilisation des réseaux sociaux. On est une petite structure, on n'aurait jamais pu se payer tout cela. En plus, on a vraiment noué des liens avec les autres porteurs de projets et ça pourrait faire naître des idées pour travailler en commun." 

Adélaïde et Vincent Grall, viticulteurs à Sancerre, veulent restaurer une cabane de vignes.
Adélaïde et Vincent Grall, viticulteurs à Sancerre, veulent restaurer une cabane de vignes. - Pierre Mérat

On entre donc dans la toute dernière ligne droite : la plus visible avec la colllecte de fonds qui démarre donc sur la plateforme de financement. Xavier Bouquet, moniteur à l'école de parapente de Bué, près de Sancerre, a besoin d'un coup de main pour changer le treuil qui permet de remorquer les parapentes pour l'envol : " On l'utilise sur des chemins de 1000 mètres à peu près. On s'élève jusqu'à 300, 400 ou 500 mètres et on largue le câble afin de réaliser un vol comme si on décollait d'un relief. Notre treuil vieillit. On l'avait acheté d'occasion et aujourd'hui, je veux équiper l'école du meilleur treuil qui existe sur le marché. En plus, c'est un treuil français. Il est fabriqué en Normandie, mais il coûte 10.000 euros." Xavier a donc six semaines pour recueillir la somme grâce aux internautes de KissKiss BankBank. L'agence de développement touristique du Cher va également promouvoir les 10 projets grâce à une campagne locale de communication. L'idée, c'est de jouer sur la fierté locale pour doper les financements : " On peut appeler cela de la fierté, du chauvinisme explique Pascal Aupy, président de l'agence Tourisme et Territoires du Cher. C'est aux berrichons de s'approprier ces dix projets. C'est important de les soutenir car on ne peut pas délocaliser le tourisme. Ces projets contribuent à refaire vivre nos villages, nos campagnes. "  Chaque donateur recevra évidemment une contrepartie du porteur de projet qu'il aura aidé. Fin de la campagne le 12 novembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess