Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Cher : les associations de maintien à domicile manquent cruellement d'auxiliaires de vie pour l'été

-
Par , France Bleu Berry

Le cri d'alerte des associations de maintien à domicile du Cher : elles ne seront pas en mesure d'assurer la continuité de service cet été. Dans le Cher, il reste une cinquantaine de postes à pourvoir en juillet et une centaine en Août pour palier les congés des auxiliaires de vie.

Huit associations de maintien à domicile du Cher lancent un S.0.S pour cet été
Huit associations de maintien à domicile du Cher lancent un S.0.S pour cet été © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Les associations de maintien à domicile peinent à recruter des auxiliaires de vie tout au long de l'année, mais l'été la situation est exacerbée. Les associations veulent prévenir les pouvoirs publics et les familles : certaines interventions ne pourront pas être réalisées.  Exemple avec le Service d'Aide et d'Accompagnement à Domicile (SAAD) de APF France Handicapés. Il intervient auprès d'une centaine de personnes dans le Cher : il lui manque une dizaine de personnes pour cet été, explique Christine Dorme, sa directrice : " Tous les ans, on a vu les difficultés s'accroître, mais cette année, on est au mois de juin et on n'a pas validé tous les congés des professionnels parce que nous ne trouvons pas de remplaçants pour l'été. Peut-être qu'on ne pourra pas assurer la continuité de services, notamment les heures de vie sociale comme aller faire les courses. Ce sera compliqué à organiser. J'espère qu'on pourra assurer le service de base pour les personnes lourdement handicapées. Encore faut-il qu'il n'y ait pas trop d'arrêts maladie à force de solliciter toujours plus les salariés." Des familles pourraient donc se retrouver contraintes de prendre en charge leurs proches, même si les associations vont tout faire pour essayer de l'éviter : " Il me manque dix personnes pour cet été, alerte Allison Belloir, directrice de l'association Aider la Vie.  10 postes pour permettre aux aux auxiliaires de vie de partir en congés, pour alléger la charge de nos personnels qui sont usés par les heures complémentaires qu'on leur demande et les amplitudes des journées de travail. Je suis vraiment très inquiète : que vont devenir nos bénéficiaires cet été si on arrive pas à recruter. On risque d'être obligé d'annuler certaines prestations." 

Malgré tous leurs efforts, les associations de maintien à domicile ne trouvent plus d'auxiliaires de vie - Radio France
Malgré tous leurs efforts, les associations de maintien à domicile ne trouvent plus d'auxiliaires de vie © Radio France - Michel Benoit

Pour les lever, les coucher ou les toilettes, les associations essaieront de s'organiser. Le problème, c'est que le métier d'auxiliaire de vie n'attire pas. Trop mal payé et trop dévalorisé, explique Laure Davoust, directrice de l'ADMR du Cher : " Le problème c'est aussi l'image colportée sur ces métiers. Ce ne sont pas des femmes de ménage. Elles sont capables de prodiguer les gestes de premier secours, de reconnaître des pathologies, d'aider effectivement, de faire du reporting auprès de leur hiérarchie. Il faudrait donc changer la vision sur le métier mais aussi bien évidemment assurer une meilleure rémunération. La plupart de nos salariés, malgré leurs compétences ne gagnent que le smic. Dans beaucoup d'associations, elles doivent utiliser leur propre voiture. Il reste de trop nombreux freins pour que ces fonctions soient attractives." Le système est à bout de souffle. A quand un risque dépendance, pris en charge par la sécu ? Cela fait quinze ans qu'on en parle sans avancer sur la question, regrettent les associations de maintien à domicile.