Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Cherbourg, la démolition de la cité coloniale a démarré

vendredi 25 novembre 2016 à 15:47 Par Fabien Burgaud, France Bleu Cotentin

Déjà une semaine que la démolition de la cité coloniale a commencé. La mairie de Cherbourg a fait le point sur les prochaines étapes de ce lieu emblématique de la ville, et notamment la construction de nouveaux logements.

Dans quelques mois, les bâtiments de la cité coloniale seront démolis pour laisser place à logements neufs.
Dans quelques mois, les bâtiments de la cité coloniale seront démolis pour laisser place à logements neufs. © Radio France - Fabien Burgaud

Cherbourg-Octeville, France

C'est le début de la fin pour la cité coloniale de Cherbourg. Ces bâtiments, construits dans les années 20 pour les officiers et sous-officiers de la ville, seront démolis en mai 2017. Laissés à l'abandon depuis plusieurs années, la mairie a voulu reprendre en main ce lieu important de la cité portuaire. "Nous allons construire 90 logements, contre 70 aujourd'hui, sur les 17 000 mètres carrés de terrain", explique Sébastien Fagnan, l'adjoint à l'urbanisme à la mairie de Cherbourg. Des logements neufs pour attirer des familles, qui redynamiseront le centre-ville, mais surtout pour accueillir des familles australiennes.

"Nous en accueillerons une cinquantaine dans ces nouveaux bâtiments dans le cadre du contrat passé avec DCNS. Ce qui sera pratique vu la proximité entre la cité coloniale et l'entreprise", continue-t-il. La mairie a cependant souhaité conserver 4 logements d'origine, pour préserver ce "patrimoine historique". Lorsque le site sera rasé, dans huit à neuf mois donc, la mairie rachètera le terrain entre 600 000 et 700 000 euros, pour ensuite passer un appel d'offres à des constructeurs.

"Avec l'arrivée de la commune nouvelle, c'est un signe de dynamisme que de refaire, construire des logements. La ville se transforme et en profite pour attirer de nouveaux habitants avec des offres adaptées. Pour la cité coloniale, il y aura des exigences importantes avec le constructeur : il faudra conserver la verdure, limiter la hauteur des bâtiments, garder la trame piétonne, bref faire de l'endroit une cité-jardin du XXI siècle !" se réjouit Jean-Michel Houllegatte, le maire de Cherbourg-Octeville.