Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo : 13 départements en vigilance rouge canicule, 47 en vigilance orange aux orages

La relance éco : chez Lisi Automotive les salariés pourraient travailler plus cet été

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

L'industrie automobile a pris la crise de plein fouet et c'est toute une économie qui essaye de se relever. Le groupe Lisi Automotiv, fabricant de pièces automobiles basé à Grandvillars, essaye de s'adapter face à cette nouvelle conjoncture.

Lisi automotiv emploie environ 1000 salariés dans le Nord Franche-Comté
Lisi automotiv emploie environ 1000 salariés dans le Nord Franche-Comté - Google Street View

Pour maintenir son entreprise à flot, Emmanuel Viellard, le directeur général du Groupe Lisi a plusieurs solutions. Le Groupe Lisi comporte trois divisions dont Lisi Automotive qui emploie un millier de personnes dans le Nord Franche Comté (Lure, Mélisey, Granvillars, Delle, et Dasle).

Baisse d'activité de 30%

La production est en baisse : en juin, l'entreprise connaît 30 % d'activité en moins par rapport au mois de février. Le chef d'entreprise a donc besoin de moins de personnel. La première option serait de réduire les effectifs. "Aujourd'hui la phase de redimensionnement est en train d'être chiffrée, mais nous souhaitons avoir un discours constructif avec les partenaires sociaux", explique-t-il. 

Adapter sa production au futur marché de l'automobile

Une autre option consiste à adapter sa production, pour suivre les mutations du marché de l'automobile qui s'oriente vers la fabrication de voitures moins polluantes. Seulement cette solution prend du temps : "On ne change pas un appareil industriel en claquant des doigts, on a des outils de production qui sont extrêmement rigides et adaptés à une organisation. Maintenant, dans notre marché, il va falloir s'adapter aux véhicules électriques, hybrides et à hydrogène", explique Emmanuel Viellard.

Nous sommes en train de travailler sur une accélération de l'introduction de nouveaux produits pour pouvoir se préparer à l'évolution des marchés

Un effort à faire sur les vacances d'été

Habituellement, les productions sont interrompues pendant un laps de temps en été, mais cette année, si les commandes arrivent, les salariés pourraient voir leurs vacances d'été impactées pour répondre à la demande des clients. "La demande de nos clients est très volatile, il nous faut être très flexible", détaille le chef d'entreprise. "Le niveau d'activité sur l'été pourrait être plus important que d'habitude, il faudra donc fournir un effort pendant cette période." 

Moins de charges et plus d'aides

Selon Alain Seid, le directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Territoire de Belfort, "il faut que le coût du travail soit plus bas", autrement dit "moins de charges", pour faciliter la reprise et l'adaptation des industriels.

Plus le temps de chômage partiel sera long, moins on aura recours à des redimensionnements de nos effectifs permanents

De son côté, Emmanuel Viellard voudrait également avoir plus de visibilité sur l'avenir, notamment sur le maintien ou non des mesures sociales comme le chômage partiel, "_pour que nous nous puissions adapter notre positionnement sur ce qu'on appelle le redimensionnement". "Plus le temps de chômage partiel sera long, moins on aura recours à des redimensionnements de nos effectifs permanents", c_e qui permettrait de ne pas licencier de personnel. 

Le pic de la crise est prévu en septembre, quand les entreprises devront payer les charges dues pendant le confinement. La CCI prévoit qu'un quart des entreprises mettent la clef sous la porte d'ici là.

Retrouvez la chronique "La relance éco" à 7h15 tous les jours sur France Bleu Belfort Montbéliard.

France Bleu Belfort Montbéliard est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess