Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Chiffre du jour : 100 000 postes à prendre dans l'hôtellerie et la restauration

jeudi 6 décembre 2018 à 6:47 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

Le congrès de l'UMIH, l'union des métiers de l'industrie hôtelière s'achève ce jeudi, après trois jours consacrés au recrutement. Les professionnels peinent à trouver des candidats. Près de 100.000 postes sont en effet à prendre dans le secteur.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Célia Quilleret

Ici, on recrute ! C'est le thème du Congrès de l'UMIH, l'union des métiers de l'Industrie hôtelière qui s'achève ce jeudi à Saint-Étienne. Depuis cet été, 100.000 postes sont en effet vacants en France, du serveur à la plonge, du commis au réceptionniste. Cela suscite beaucoup d'incompréhension chez les professionnels qui n'arrivent pas à recruter alors que le chômage dépasse en France les 9%. Ils ont donc réfléchi à leur avenir et à la mauvaise réputation que ces métiers peuvent avoir. 

Redorer l'image de la profession 

Selon le président de l'UMIH en Vaucluse, il faut en finir avec les rumeurs de dureté voire de maltraitance de la part de certains grands chefs. Cette violence verbale et ces conditions de travail exigeantes sont souvent difficiles à encaisser pour des jeunes tout juste diplômés. Patrice Mounier milite aussi pour s'affranchir des formations actuelles, qu'il juge trop longues. Il faudrait selon lui reproduire le modèle créée par le chef doublement étoilé Thierry Marx et ses écoles dont on ressort formé niveau CAP en 12 semaines, au lieu de 3 ans.  

Il faut aussi redonner le goût aux nouveaux diplômés de travailler dans des brasseries. Une fois leurs études terminées, la plupart ne veut travailler que dans des grandes maisons ou des restaurants gastronomiques.