Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Chiffre du jour

Chiffre du jour : 599 agents territoriaux de la région PACA travaillent en Vaucluse

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le Vaucluse compte 599 agents territoriaux de la région. Avec leurs collègues des autres départements, ils manifestent à Marseille, pour protester contre le projet de prime de fin d'année amputée en fonction du nombre de jours d'arrêt maladie.

Le conseil régional de PACA à Marseille
Le conseil régional de PACA à Marseille © Maxppp - LAUNETTE Florian

PACA, France

Tous les agents territoriaux de la région ne travaillent pas au siège du Conseil régional à Marseille. Ils sont nombreux en Vaucluse : 599 personnes. Trente-deux sont fonctionnaires à la maison de la région, sorte d'ambassade de PACA installée à Avignon. Elle permet aux interlocuteurs de ne pas se déplacer jusqu'au siège marseillais. Il s'agit d'agents administratifs chargés de mettre en oeuvre la politique de la région sur des questions comme les transports, le développement économique, l'environnement. La région est aussi chargée des lycées. Elle englobe donc tous les agents des lycées, chargés de l'entretien ou de la restauration par exemple, au nombre de 567.   

Mobilisation contre un projet de la région 

Ces agents se mobilisent contre un projet de la région, débattu ce jeudi en comité technique Le président Renaud Muselier souhaite amputer la prime de fin d'année, actuellement de 2.000 euros brut, en fonction du nombre de jours d'arrêt maladie. Argument invoqué : la lutte contre l'absentéisme, plus élevé que dans les autres régions.

Les agents dénoncent une manière de faire des économies sur leur dos. Ils perdraient une centaine d'euros par jour d'arrêt à partir de 6 jours d'absence. Certains annoncent déjà qu'ils viendront travailler même malade pour ne pas perdre leur prime.