Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Chiffre du jour : en cinq ans, 55% d'apprentis bouchers en plus à Avignon

mercredi 28 novembre 2018 à 6:26 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

Il y a encore quelques années, la France commençait à manquer de bouchers. Aujourd'hui, le nombre d'apprentis bouchers à Avignon a explosé. Le CFA accueille 55% élèves de plus qu'il y a cinq ans.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Catherine Grain

Vaucluse, France

Il y a quelques années, la France, terre de gastronomes et d'élevage commençait à manquer de bouchers ! Mais aujourd'hui, tout est réglé à en croire le Centre de formation d'Avignon. En cinq ans, il enregistre une augmentation de 55% du nombre d'apprentis bouchers. Ils étaient 97 en 2013, ils sont 149 aujourd'hui. Ce sont majoritairement des hommes, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses et la promotion compte aussi une poignée d'adultes en reconversion professionnelle.  

L'image du boucher a évolué 

Pourquoi un tel engouement ? Tout simplement parce que les entreprises recherchent du monde, que ce soit la filière artisanale, c'est-à-dire les bouchers de ville aussi bien que la grande distribution. Petit à petit, l'image qu'on a du boucher a changé, on est loin désormais de la représentation du boucher un peu bourru au tablier plein de sang. Les bouchers sont des artisans et même si les Français mangent de moins en moins de viande, que les vegans sont de plus en plus bruyants, les bouchers produisent moins mais une viande de meilleure qualité.  

A l'issue de leur diplôme, 85% des apprentis sont recrutés. Le CFA d'Avignon conseille de ne pas s'arrêter au CAP mais de continuer en brevet professionnel pour multiplier ses chances d'être embauché.