Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Chiffre du jour : les prix de 4% des produits de grande consommation augmentent

vendredi 1 février 2019 à 4:49 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

À la sortie du supermarché, votre ticket de caisse va augmenter. Près de 4% des produits de grande consommation vont voir leur prix enfler. C'est la conséquence de la loi Alimentation votée à l'automne.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Aurélie Lagain

Le chiffre du jour risque de faire grincer des dents. Près de 4 % des produits des rayons de votre supermarché augmentent ce vendredi 1e février. Pas n'importe lesquels puisque les plus grandes marques sont concernées. Comptez +8,4% pour le Nutella, +6% pour les yaourts Danone, +8,3% pour le lait en poudre Guigoz, d'après des chiffres publiés par le Parisien Aujourd'hui en France. Le camembert Président, les Chocapic ou le café Carte noire ne sont pas en reste. 

Mieux rémunérer les agriculteurs 

Ces augmentations sont liées à la Loi Alimentation qui entre en application ce vendredi. Elle prévoit une plus juste rémunération des producteurs, notamment de fruits et légumes, de viande ou de lait. Sur ces produits là, les supermarchés ont du réduire leurs marges, pour permettre aux agriculteurs de gagner plus.  

Dans les faits, les supermarchés doivent augmenter leur "SRP", du jargon pour dire que le "seuil de revente à perte" a été relevé de 10% sur les produits alimentaires. Autrement dit, quand la grande distribution achète un article à 100 euros, elle doit désormais le revendre à 110. Fini les ventes type "un paquet de gâteau acheté, un 2e offert".  

Le gouvernement espère ainsi inciter les distributeurs à payer mieux les producteurs. Reste que ces augmentations de prix risquent d'être très mal prises à l'heure où le pouvoir d'achat est dans toutes les conversations...