Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Chiffre du jour

Chiffre du jour : près de la moitié des centres de finances publiques ont disparu en 20 ans en Vaucluse

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les agents des impôts sont en grève ce lundi contre les suppressions de postes au sein des finances publiques et la disparition des trésoreries. Ces vingt dernières années, presque la moitié des agences vauclusiennes ont été fermées. La réforme à venir va amplifier le phénomène.

Centre des impôts (illustration).
Centre des impôts (illustration). © Radio France - Léo Rozé

Département Vaucluse, France

Près de la moitié des centres de finances publiques de Vaucluse ont disparu ces vingt dernières années. Le phénomène va s'amplifier avec la réforme portée par le ministre des comptes publics, Gérald Darmanin. Les agents des impôts sont en grève ce lundi, contre le recul de ce service public. En dix ans, quatre trésoreries ont fermé en Vaucluse : Pernes-les-Fontaines, Gordes, Cadenet et Mormoiron. Les fonctionnaires des finances publiques étaient 850 en 2009 dans notre département, ils ne sont plus que 700. 

L'avenir n'est guère plus rose à en croire les projections des syndicats. Il reste aujourd'hui 22 centres vauclusiens. Objectif : plus que 10 à la fin du quinquennat en 2022. Voilà pourquoi la CGT, Force Ouvrière et Solidaires appellent à manifester ce lundi matin devant la Cité administrative d'Avignon. 

Mettre l'accent sur la lutte contre la fraude fiscale 

Pour justifier ces suppressions de postes, le gouvernement invoque d'abord la dématérialisation. Depuis cette année, tous les contribuables doivent déclarer leurs impôts en ligne. En raison du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, il y a besoin de moins de salariés d'après le ministère. Tout ça, les syndicats le contestent. Le numérique n'empêche pas les doutes et les questions des contribuables. Ils dénoncent aussi la possibilité pour les buralistes de collecter l'impôt. S'il doit y avoir une réorganisation des services, ils estiment qu'il faut mettre l'accent sur la lutte contre la fraude fiscale. Un manque à gagner de 60 à 80 milliards d'euros par an d'après les syndicats.  

Choix de la station

France Bleu