Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chiffre du jour : un atelier vauclusien a participé au démontage des 8.000 tuyaux de l'orgue de Notre-Dame

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les ateliers Quoirin, basés à Saint-Didier, ont participé au démontage des 8.000 tuyaux du grand orgue de Notre-Dame de Paris, après le grand incendie qui a ravagé la cathédrale. C'était le 15 avril 2019, il y a tout juste deux ans.

Pascal Quoirin a fondé l'atelier de facture d'orgue en 1970 à Saint-Didier
Pascal Quoirin a fondé l'atelier de facture d'orgue en 1970 à Saint-Didier © Radio France - Marie Martirossian

Nous avons tous en tête les images de Notre-Dame de Paris en flamme, nous nous souvenons tous de l'effondrement de la flèche... C'était il y a deux ans. Durant ces deux années, les équipes des ateliers de facture d'orgue Quoirin, basés à Saint-Didier (Vaucluse), ont multiplié les allers-retours à Paris. Elles ont participé au démontage du grand orgue. 

L'instrument a été épargné par les flammes et par l'eau des lances-incendies, mais pas par la poussière. Quatre cents tonnes de plomb ont fondu sous l'effet de la chaleur, et la poussière s'est introduite partout, dans les 8.000 tuyaux de l'orgue, ses 115 jeux, ses 5 claviers. 

Tenues de cosmonautes

Pour démonter l'orgue,  les experts de Quoirin (une douzaine de personnes hautement qualifiées) ont dressé un échafaudage de trente mètres de haut et se sont habillés en cosmonautes. Ils ont travaillé sous assistance respiratoire, dans ce lieu contaminé. Ils ont procédé avec d'énormes contraintes et d'infinies précautions pour manier l'instrument vieux de trois siècles. Toutes les pièces ont été répertoriées, documentées - il y en a des milliers. 

L'heure est aujourd'hui à la décontamination. Il faudra ensuite remonter le grand orgue et l'accorder. Les ateliers Quoirin sont sur les rangs, ils attendent de savoir s'ils sont retenus par l'appel d'offres.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess