Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Chiffres d'affaires en baisse, risques de fermetures d'aéroports : le secteur aérien dans la tourmente

-
Par , France Bleu

Les compagnies aériennes sont en grande difficulté en raison de la pandémie de coronavirus. L'Association internationale du transport aérien prévient : le chiffres d'affaires des compagnies sera encore en baisse de 46% en 2021. Certains aéroports régionaux européens pourraient fermer leurs portes.

Le chiffres d'affaires des compagnies aériennes sera en baisse de 46% en 2021 (illustration).
Le chiffres d'affaires des compagnies aériennes sera en baisse de 46% en 2021 (illustration). © AFP - JASON REDMOND / AFP

L'Association internationale du transport aérien (Iata) prévient ce mardi : le secteur aérien va vivre une année 2021 encore difficile. Le chiffre d'affaires des compagnies sera encore en baisse de 46% l'an prochain par rapport à 2019, et sera donc très loin de retrouver son niveau d'avant la pandémie. En 2020, le trafic aérien mondial devrait être déjà chuter de 66%.

Le secteur espérait une reprise du trafic en cette fin d'année mais la nouvelle vague de Covid-19 en Europe et les restriction qui l'accompagnent, l'oblige à revoir ses perspectives à la baisse. L'Association, qui regroupe 290 compagnies aériennes, tablait auparavant sur une baisse de 29% de chiffre d'affaires par rapport à l'année dernière.

"Les possibilités de pertes d'emploi augmentent"

"A chaque nouveau jour de crise, les possibilités de pertes d'emplois et de destruction économique augmentent", a déclaré le directeur général de l'organisation, Alexandre de Juniac. Il demande une nouvelle fois aux gouvernements d'apporter de nouvelles aides au secteur. Selon l'Iata, le transport aérien a déjà obtenu un soutien de 160 milliards de dollars à travers des aides directes, des prêts, des soutiens au versement des salaires, des allègements ou assouplissement fiscaux.

Pour baisser les coûts fixes des compagnies "d'autres suppressions d'emplois ou de baisses de salaires seraient nécessaires, a expliqué l'association. Pour atteindre le niveau de productivité des dernières années, il faudrait réduire le nombre d'emplois de 40%."

Certains aéroports régionaux pourraient fermer

De son côté, l'organisation d'aéroports ACI Europe a mis en garde ce mardi contre le risque d'insolvabilité de certains aéroports régionaux européens dans les prochains mois. Elle envisage même des fermetures si le nombre de passagers continue à baisser d'ici à la fin de l'année. Selon ACI Europe, "193 aéroports seront confrontés à une insolvabilité dans les prochains mois si le trafic passagers ne reprend pas d'ici la fin de l'année. Il s'agit principalement d'aéroports régionaux" qui n'assurent que des vols intérieurs, selon l'organisation. 

Mais "les aéroports européens plus importants et les hubs ne sont pas à l'abri d'un important risque financier, a souligné l'organisation qui représente 500 aéroports dans 46 pays européens. Ils ont réduit les coûts jusqu'à l'os et ont recours aux marchés financier pour consolider leurs résultats et mettre en place des boucliers" financiers.

"Une situation extrêmement sombre"

En septembre, le trafic des aéroports européens était en baisse de 73% en moyenne par rapport à la même période l'an dernier et de 75% à la mi-octobre. "Les chiffres publiés aujourd'hui reflètent une situation extrêmement sombre. Après huit mois de crise, les aéroports brûlent du cash pour rester ouverts, avec des revenus loin de couvrir les frais opérationnels", a commenté Olivier Jankovec, directeur général de l'organisation. 

Pour faire redémarrer le trafic, il appelle au déploiement massif de tests de Covid-19 dans les aéroports pour éviter les mesures de quarantaine à l'arrivée.

Avec AFP

Choix de la station

À venir dansDanssecondess