Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chimirec Delvert retire, à Oradour-sur-Glane, son projet de stockage de déchets dangereux

-
Par , France Bleu Limousin

Chimirec Delvert abandonne son projet de centre de transit de déchets dits dangereux à Oradour-sur-Glane, en Haute-Vienne. Après un avis défavorable de la municipalité et des oppositions locales, l'entreprise a annoncé au maire qu'elle retirait son projet.

Chimirec Delvert est une entreprise poitevine filiale du groupe Chimirec
Chimirec Delvert est une entreprise poitevine filiale du groupe Chimirec - google street view

Il n'y aura pas de bâtiment pour accueillir des déchets dangereux à Oradour-sur-Glane, en Haute-Vienne. Sur un terrain de deux hectares et demi, l'entreprise Chimirec Delvert voulait construire un site pour stocker et trier, entre autres, des huiles usagées, des liquides de refroidissements, des batteries ou encore des aérosols et l'amiante. Mais, finalement, elle jette l'éponge avant même de connaître les conclusions de l'enquête publique qui s'est terminée mi novembre.

L'entreprise l'a fait savoir au maire Philippe Lacroix. " A leur demande, je viens de retirer le permis de construire qui avait été accordé ". Il faut dire que les difficultés se sont accumulées depuis fin octobre. Après avoir voté en faveur du projet, le conseil municipal s'est finalement prononcé contre, à l'unanimité, début novembre. A la faveur d'une levée de boucliers de riverains inquiets ou opposés. En partie en lien avec le passé du village martyr où certains n'envisageaient pas la présence d'un tel site, mais pas seulement.

" L'affaire Lubrizol a fait peur "

" L'affaire de Lubrizol, à Rouen, a aussi fait peur. C'est un projet qui engageait la commune sur le long terme, et il ne faut pas prendre ce risque quand il y a des incertitudes " continue le maire, à la satisfaction bien sûr des opposants. " La voix de la raison l'a emporté " commente Daniel Jarrige, vice-président de Saint Junien Environnement. " Le projet n'était pas viable sur le terrain prévu. De même que la façon dont il aurait été exploité et les conditions dans lesquelles ce projet allait être construit ". Dans ce dossier, les inquiétudes et les risques ont donc plus pesé que la dizaine d'emplois évoquées par Chimirec Delvert.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu