Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Chômage : l'été, période noire pour les demandeurs d'emploi

mardi 26 juillet 2016 à 7:20 Par Fanny Bouvard, France Bleu Paris et France Bleu

Alors que le ministère du Travail doit dévoiler ce mardi soir les chiffres du chômage pour le mois de juin, beaucoup de demandeurs d'emploi rencontrent des difficultés dans leurs recherches. L'été est peu propice aux embauches.

Illustration : la galère de certains demandeurs d'emploi en été
Illustration : la galère de certains demandeurs d'emploi en été © Maxppp - Amat Michel

Paris, France

Des patrons en vacances, des entreprises fermées, des offres d'emplois saisonniers... Juillet et août sont souvent redoutés par les chômeurs. "Quand on dépose notre CV, il n'y a aucun responsable pour nous rappeler,. Ils sont tous en vacances", raconte Isabelle, 32 ans à la sortie de son agence Pôle emploi du 13ème arrondissement. Après six ans de chômage, elle cherche aussi bien un poste d'aide à domicile que de caissière, "mais en été, pour ces boulots-là, ils prennent des étudiants, des jeunes. Tous les ans, c'est la même chose".

"Pour nous, il n'y a pas de boulot en juillet et août. Il faut attendre septembre maintenant!" Isabelle, 32 ans

Magou fait le même constat. Au chômage depuis plusieurs mois, cette trentenaire parisienne espérait trouver un poste de serveuse pour l'été. "C'est encore pire que d'habitude ! (...) Nous on est obligé d'attendre la rentrée". José lui a bien eu proposition. Un contrat d'un mois pour ce tailleur de pierre de 57 ans, licencié économique il y a un an. "Mais un mois, ce n'est pas grand- chose, et surtout pas un CDI, s'attriste-t-il. A Pôle emploi, on m'a dit que c'est tout ce que j'aurais en été". Certains conseillers préfèrent dire aux demandeurs d'attendre septembre.

"On le voit bien sur le site de Pôle emploi, avoue Louis, 45 ans, plaquiste au chômage, dans ma branche il y a rien ! Mais quand les entreprises reprendront une activité normale, là c'est sûr, ça va revenir."  Un espoir partagé par tous les demandeurs devant l'agence Pôle emploi du 13ème arrondissement.

"On voit les gens partir en vacances, ceux qui sont là travaillent. Ca fout le cafard !" Magou, jeune chômeuse