Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Chômage : seulement 8% des allocataires ne recherchent pas activement un emploi

-
Par , France Bleu

Selon une étude publiée lundi par Pôle emploi, seulement 8% des chômeurs qui bénéficient d'une allocation ne recherchent pas activement un emploi. Un taux qui monte à 19% chez les chômeurs qui ne bénéficient pas d'allocations.

Seulement 8% des bénéficiaires d'allocation chômage ne recherchent pas activement un emploi.
Seulement 8% des bénéficiaires d'allocation chômage ne recherchent pas activement un emploi. © Maxppp - Christophe Morin

C'est une étude qui pourrait bousculer les clichés. Selon une enquête mise en ligne lundi par Pôle emploi, 12% de l'ensemble des demandeurs d'emploi ne cherchent pas activement un emploi. Mais ce taux chute à 8% chez les bénéficiaires de l'assurance chômage.

19% des demandeurs d'emploi non indemnisables ne recherchent pas un travail

Pour cette enquête, Pôle emploi a  compilé les chiffres concernant les demandeurs d'emploi radiés après avoir été contrôlés de manière aléatoire par ses services. Résultat, seulement 8% des demandeurs d'emploi indemnisables par l'assurance chômage ne cherchent pas activement d'emploi, contre 19% des demandeurs d'emploi non indemnisables et 15% de ceux indemnisables par la solidarité nationale.

Les hommes et les moins diplômés davantage concernés

Les hommes (14%) sont plus souvent rattrapés par les contrôles que les femmes (10%). Les demandeurs d'emploi les moins diplômés ou qualifiés sont les plus radiés pour cette raison : 17% des chômeurs d'un niveau inférieur au CAP et des ouvriers non qualifiés, 15% des employés non qualifiés. A l'inverse, les seniors (9%), cadres (4%) et agents de maîtrise (7%), diplômés de niveau bac+2 (6%) et supérieur (5%) sont les moins sanctionnés.

Des contrôles jugés efficaces pour les uns, stigmatisants pour d'autres 

Ces contrôles suivis de radiations permettent, pour leurs partisans, de remobiliser les chômeurs découragés. Six mois après un contrôle, ils retrouvent plus fréquemment un emploi durable que l'ensemble des demandeurs d'emploi ayant un profil comparable (16% contre 14%), selon l'étude de Pôle emploi. 

Mais les contrôles risquent, selon leurs détracteurs, de surtout punir les personnes les plus éloignées de l'emploi, souvent pas en mesure de justifier leur recherche d'emploi, et de pousser les autres à accepter n'importe quel emploi.

Quinze jours de radiation en cas de recherche non active d'emploi 

Aujourd'hui, la quasi-totalité des chômeurs sanctionnés pour ce motif sont radiés pour 15 jours et peuvent se réinscrire ensuite. La sanction va passer à un mois pour un premier manquement, selon un nouveau barème présenté en mars. Expérimentées dès 2013, les équipes de contrôle de la recherche d'emploi ont été généralisées en 2015 par Pôle emploi. Quelque 215 agents réalisent en moyenne 12.000 contrôles par mois.

Choix de la station

France Bleu