Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Christian Bourquin ne croit pas à un éclatement du Languedoc-Roussillon

Le président de la région Languedoc-Roussillon n'est "pas inquiet". Il a réagi ce jeudi matin sur France Bleu au projet de fusion des régions lancé par François Hollande. En métropole, on pourrait passer de 22 régions à une quinzaine.

Quinze régions à la place de 22 ?
Quinze régions à la place de 22 ? © IDÉ

Moins de régions, mais des régions plus fortes : c'est l'argument de François Hollande pour faire passer la pilule aux élus locaux, avec pour réference les Länder, les grandes régions allemandes, très puissantes sur le plan économique. Le président de la République brandit aussi la réduction des dépenses publiques pour forcer le processus, avec pourquoi pas un bonus financier de la part de l'Etat pour les collectivités locales qui feront alliance.

"Je ne suis pas inquiet" (Christian Bourquin)

Mais passer de 22 à 15, ça veut dire supprimer 7 régions existantes, et il y aura forcément des perdants dans la bataille : des régions supprimées, avec des départements rattachées aux voisines. En Languedoc-Roussillon, Christian Bourquin ne croit pas à un éclatement de sa région. "Je suis confiant sur l'avenir, sur ce que nous représentons, sur l'entité que nous représentons " a déclaré sur France Bleu le président de la région.

Mais dans un territoire créé de façon purement administrative dans les années 1960, on peut tout imaginer. Pourquoi pas l'Aude et les Pyrénées-Orientales gouvernées par Toulouse, dans la région Midi-Pyrénées, et le Gard par Marseille, en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Point d'interrogation pour l'avenir de l'Hérault et la Lozère.

En tout cas, l'idée de rédecouper les régions n'est pas nouvelle. En 2009, une commission menée par l'ex-premier ministre Edouard Balladur avait proposé exactement la même chose : regrouper pour économiser. Mais le président de la République de l'époque Nicolas Sarkozy avait stoppé, face au frein des élus locaux. François Hollande sait donc que le pari est risqué, et que le chantier peut s'éterniser.

INVITE / Bourquin Fusion régions