Économie – Social

CHRU de Tours : 150 postes supprimés d'ici 2018 dans les secrétariats médicaux

Par Jérôme Collin, France Bleu Touraine et France Bleu mercredi 13 janvier 2016 à 21:07

30 % des effectifs des secrétariats vont être détruits au cours des deux prochaines années. La direction du CHRU se justifie : une partie des activités seront numérisées ; et il faut faire des économies. Les syndicats protestent. Ils appellent à la grève ce jeudi 14 janvier.

Environ 150 postes de secrétaires médicaux vont être supprimés au CHRU de Tours dans les deux prochaines années. Soit 30 % des effectifs, puisqu'il y a à l'heure actuelle un peu plus de 500 secrétaires. Ce seront essentiellement des départs à la retraite non remplacés, mais aussi des contractuels qui ne seront pas renouvelés.

Réduire les effectifs ... pour améliorer le service aux patients

La direction du CHRU de Tours s'explique : les comptes-rendus après chaque opération étaient jusque-là tapés par les secrétaires. Ce ne sera bientôt plus le cas. L'hôpital va se doter d'un système de reconnaissance vocale et de dictée numérique. Les secrétaires n'auront plus qu'à apporter les corrections, faire signer les documents par les médecins puis les envoyer aux patients. "Tout le monde comprend bien que le travail des secrétaires va profondément changer. La suppression de 150 postes va en ce sens", explique Richard Dalmasso, directeur général adjoint du CHRU de Tours.

Ce temps libéré devra servir à renforcer l'accueil téléphonique et physique des patients à l'entrée de l'hôpital. "On n'est pas très bon là-dessus. Souvent, on nous reproche de mettre du temps avant de répondre au téléphone. Et les accueils sont souvent surchargés. On va pouvoir être meilleur maintenant", justifie Richard Dalmasso. Pour lui, il n'y a rien de paradoxal avec la suppression de 150 postes. "Il y a aussi évidemment une logique d'économie à la clé, évidemment. Le logiciel de reconnaissance vocale va nous coûter 1 500 000 euros..."

Un risque de dégradation des conditions de travail selon les syndicats

L'intersyndicale (CGT, FO, SUD, CFDT, CFTC) dénonce ces suppressions de postes. Elle appelle à la grève ce jeudi 14 janvier. "On donne un nouvel outil et en même temps on supprime 30 % des secrétaires. C'est totalement illogique", regrette Damien Seguin, délégué SUD. Il craint l'un des autres projets du CHRU : la prise de rendez-vous par Internet. Ce ne sera pas systématique, mais de plus en plus encouragé. Les patients seront prévenus de leur date d'examen médical par SMS ou par mail. "Il y a un risque de déshumanisation des services."

Partager sur :