Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Les portraits de l'été avec France Bleu Belfort Montbéliard

Cinq jours avec Christian Corrouge, ouvrier à l'usine de Sochaux (mais pas que...) pendant 42 ans

lundi 9 juillet 2018 à 10:30 Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard

Tout l’été France Bleu Belfort Montbéliard vous propose une série de portraits de figures emblématiques du Nord Franche-Comté. Parmi elles : Christian Corrouge, ajusteur à l'usine de Sochaux pendant 42 ans, délégué syndical, mais aussi cinéaste et sociologue. Entretien avec Christophe Beck.

Christian Corrouge nous reçoit dans sa maison de Bethoncourt
Christian Corrouge nous reçoit dans sa maison de Bethoncourt © Radio France - Christophe Beck

Bethoncourt, France

Notre portrait de la semaine s’intéresse à un ouvrier de chez Peugeot qui aura marqué son époque. Christian Corrouge, 42 ans d’usine (de 1969 à 2011), ajusteur de formation, militant communiste et délégué syndical CGT. 

Christian Corrouge, 67 ans aujourd'hui, a été l’une des grandes voix ouvrières de l’aventure Medvedkine, ce cinéma militant fait par des ouvriers au début des années 1970, d'abord à la Rhodiacéta à Besançon puis à l'usine de Sochaux. Dans le film "le sang des autres" Christian Corrouge y signe un texte poignant sur "ses mains dont il ne peut plus se servir parce que l'usine essaie de les lui user". 

Puis l'ajusteur délégué syndical participe à plusieurs travaux sociologiques, sur la vie en usine, notamment avec Michel Pialoux qui a donné lieu à l’ouvrage « Résister à la chaîne »; dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue (Agone 2011).

Episode 1 : A 18 ans, Christian Corrouge traverse la France de part en part pour embaucher à l'usine Peugeot de Sochaux. "En découvrant cette ville de Montbéliard, on constate qu'elle est entièrement tournée vers l'usine. Y a pas d'échappatoire"

Christian Corrouge découvre dans cet immense usine automobile un univers moyenâgeux, avec des ateliers noirs et sombres

Episode 2 : Le retentissement des événements de juin 1968 à Sochaux est encore immense. "Malgré le drame de cette journée du 11 juin, 1968 a donné le goût au rêve et à l'utopie chez les ouvriers".  

Deux morts et 150 blessés en une journée, les comptes ne sont pas encore réglés cinquante ans après.

Episode 3 : Christian Corrouge reste fidèle à son engagement syndical pendant 42 ans. "C'est pas facile de prendre la parole devant 2000 grévistes. J'ai du apprendre. Il m'a fallu du temps. Après, je n'ai plus jamais lâché."

"Quand je rentrais chez moi à Bethoncourt, je me rappelle être suivi tous les soirs par deux "niçois" missionnés par la direction de l'usine".

Episode 4 : "Le sang des autres", un des trois films auquel Christian Corrouge participe avec le groupe Medvedkine à Sochaux. Il a signé un texte poignant sur sa douleurs aux mains. 

Christian Corrouge veut rompre avec la pudeur de l'ouvrier qui n'ose pas exprimer sa douleur.

Episode 5 : "Avec l'usine, j'ai développé un sentiment bizarre. C'est comme l'amour, il y a de la haine et du plaisir". Christian Corrouge explique cette longue carrière en chaîne. 

"C'est la bataille culturelle qui est en jeu chez les ouvriers. Pour faire des dirigeants syndicaux larges d'esprit, ils doivent être fervents de culture".